ESSAI Seat Ibiza Cupra: caliente!

En découvrant l'Ibiza Facelift il y a quelques mois, nous nous réjouissions de la voir gagner en caractère, tant esthétiquement que sur la route. Et encore, c'était avec le petit 3 cylindres essence. Sous le capot de la Cupra, ça chauffe un peu plus encore.

C'est bien les journalistes auto, ça : dès qu'une voiture retrouve le petit côté canaille qui lui manquait, à fortiori si on parle d'une latine, il leur en faut toujours plus ! Et nous notions à l'époque que puisque l'Ibiza mise à jour avait gagné cette saveur que nous attendions, ne manquaient plus qu'une version sportive pour exploiter ça à fond…

192 chevaux     

La voici donc, cette Cupra qui reçoit un bloc essence 1.8 turbo fort de 192 chevaux, soit 12 de plus que la précédente. Ce n'est pas un gain spectaculaire, mais dans une voiture qui communique mieux qu'elle ne le faisait, on les sent bien plus présents, les chevaux. Et puis, il y a le couple. Il passe de 250 à 320 Nm, ce qui pour le coup est un gain non négligeable, et ce couple est utilisable à 100% entre 1.450 et 4.200 tours. Bref, dans le joyeux club des bombinettes, l'Ibiza Cupra n'est pas la plus puissante, mais elle est largement la plus coupleuse. En accélération pure, ça joue moins. En conduite sportive sur un tracé sinueux, c'est un gros atout.

D'autant que ce 1.8, dans un monde de 1.6, ne se fait pas prier pour envoyer la sauce. En mode Normal, son caractère est plutôt rond, linéaire et plein de souffle. Mais pressez le bouton du tableau de bord, et il se fâche, il réagit avec plus de hargne aux mouvements du pied droit. Vraiment, ce moteur est le point fort de la voiture !

XDS

Mais elle a aussi un point faible. Quand on passe vraiment à l'attaque pour essorer ce moteur comme il le réclame, arrive ce moment où le train avant ne suit pas tout à fait. Le vrai souci est qu'à cause du pseudo-différentiel avant XDS (un bidule électronique qui freine la roue en perte d'adhérence plutôt que de bloquer la répartition de la force motrice) peut-être un peu trop sensible, on ne perçoit pas vraiment où sont les limites du train avant. Si ça se trouve, il se débrouillerait très bien tout seul. Et l'autre souci de ce XDS, déjà souligné en ces pages dans le cas d'autres petites sportives du groupe VW, c'est qu'en conduite très sportive, le XDS travaille tout le temps et fini par épuiser les freins. Or, en conduite sportive, le freinage est encore plus important que l'accélération !

Conclusion

Dans le club des bombinettes, la Seat Ibiza Cupra serait la GT de la bande : moins compétente que d'autres en conduite "couteau entre les dents", mais absolument délicieuse en conduite (très) rapide et coulée. Sur le couple, comme on dit…

+

Couple généreux et disponible

Super en conduite coulée

Rapport prix/prestations

Très bon compromis confort/sportivité

Beau petit look

-

Faux différentiel handicapant

Habitacle peu évocateur

L‘Ibiza Cupra en quelques chiffres

Moteur : 4 cylindres turbo, 1.798cc; 192ch de 4.300 à 6.200tr/min; 320Nm de 1.450 à 4.200tr/min.

Transmission : aux roues avant.

Boîte : manuelle 6 rapports.

L/l/h (mm) : 4.055/1.693/1.420

Poids à vide (kg): 1.260

Volume du coffre (l) : 292

Réservoir (l) : 45

0 à 100 km/h (sec.) : 6,7

Prix : 21.705 € TVAC

Puissance : 192 ch

V-max : 235 km/h

Conso. mixte : 6 l/100km

CO2 : 139 g/km