ESSAI Skoda Karoq: tueur de Yeti

Petit frère du Kodiaq et cousin du Seat Ateca, le Karoq a dû faire preuve d’ingéniosité pour se forger sa propre identité. Nous sommes allés vérifier cela en Sicile, là où le soleil brille…

Au sein du groupe Volkswagen, les marques généralistes accordent leurs violons pour ne pas commercialiser en même temps des modèles qui risquent de trop se concurrencer. Seat et Skoda en sont les parfaits exemples. Le grand Kodiaq est sorti en même temps que le moyen Ateca. Et aujourd’hui, c’est au tour du moyen Karoq de sortir en même temps que le petit Arona. On évite donc de trop se marcher sur les pieds, même si le Karoq rejoint aujourd’hui l’Ateca sur le marché, avec des dimensions quasiment identiques. Ils partagent d’ailleurs la même plateforme (MQB « A ») et de nombreuses caractéristiques techniques, ce qui ne les empêche pas de se différencier sur de nombreux points. Un véritable tour de force qui prouve tout le savoir-faire du Groupe Volkswagen en la matière.

Modularité au top

Plus court de 32 cm que le Kodiaq, le Karoq arrive dans un segment hyper-concurrentiel avec des arguments qui font mouche. Le style n’en fait pas partie. Rien de particulièrement transcendant à ce niveau, même si on retrouve les traits caractéristiques des dernières productions de la marque. Comme à son habitude, c’est au niveau des aspects pratiques que Skoda fait la différence. Le Seat Ateca est une véritable référence en matière d’habitabilité et de volume de coffre. Le Karoq fait encore mieux avec 521 litres, soit 11 de mieux que le SUV espagnol. Mais au-delà de ces quelques litres, certes symboliques, c’est la modularité qui séduit à bord du tchèque. Skoda a en effet réintroduit le système VarioFlex, déjà vu à bord des Roomster et Yeti.

Concrètement, la banquette arrière se compose de trois sièges individuels (au dossier inclinable) dont les deux latéraux coulissent sur 15 cm. Cerise sur le gâteau : ces sièges sont repliables en portefeuille et extractibles, même si leur poids (environ 20 kilos) ne facilite pas la manœuvre.

Numérique et personnalisable

L’autre particularité du Karoq se situe sous les yeux du conducteur. Le tableau de bord numérique est en effet personnalisable à l’envi. Compteurs et compte-tours, divertissements, carte de navigation… Tout est possible, ou presque. Dans le même registre technologique, l’interface Skoda Connect propose une nouvelle application pour smartphone qui permet d’activer la ventilation à distance, de localiser la voiture ou même de savoir si l’utilisateur dépasse la vitesse autorisée (en cas de prêt, par exemple). Enfin, Skoda propose des clés personnalisables qui déclenchent les réglages personnels du conducteur (profil, aides à la conduite, éclairage, climatisation, infodivertissement, sièges) dès l’ouverture de la voiture.

Typé confort

Sur la route aussi le Karoq se distingue de son cousin Ateca, en étant davantage typé confort que sport. La priorité a clairement été donnée à la filtration des irrégularités ce qui, en contrepartie, nuit à la maîtrise des mouvements de caisse. Ce constat est particulièrement vrai à bord des versions équipées du moteur 2.0 TDI, qui pèse davantage sur le train avant que les « petits » moteurs à essence. Tout au long de notre parcours sicilien, notre préférence est allée au 1.5 TSI. Un moteur doté de la technologie ACT capable de désactiver deux des quatre cylindres lorsque leur puissance n’est pas nécessaire. Résultat : les performances sont de premier ordre (0 à 100 km/h en 8,4 secondes et 204 km/h en pointe) pour une consommation moyenne de 5,4l/100km.

Conclusion

Le Karoq est bien plus qu’une version courte du Kodiaq ou un clone du Seat Ateca. Skoda est parvenu à le doter d’une vraie personnalité en misant sur les valeurs qui ont forgé la réputation de la marque.

+

Modularité

Confort

Equipements/technologie

Habitabilité/volume de coffre

-

Comportement imprécis

Quelques plastiques durs

Skoda Karoq 1.5 TSI fiche technique

Moteur : 4 cylindres turbo, essence, 1.498cc, 150ch à 5.000tr/min, 250Nm à 1.500tr/min

Transmission : aux roues avant (ou 4x4)

Boîte : manuelle 6 rapports (ou DSG7)

L/l/h (mm) : 4.382/1.841/1.603

Poids à vide (kg) : 1.378

Volume du coffre (l) : 521 – 1.810

Réservoir (l) : 50

0 à 100 km/h (sec.) : 8,4

Prix : NC

Puissance : 150 ch

V-max : 204 km/h

Conso. mixte : 5,4 l/100km

CO2 : 122 g/km