Sylvain Zohoun, le Directeur général du Centre de Sécurité Routière du Bénin, estime que cette inventivité a au moins le mérite d’amener le Béninois à avoir l’habitude de porter un casque. Si les autorités semblent donc y aller progressivement question répression, elles reportent surtout à plus tard le débat sur la qualité des casques.

De plus, il ne faut pas se voiler la face : un Béninois a sans nul doute d’autres priorités que d’investir dans un casque de qualité. Outre le prix qui a plus que doublé depuis l’instauration de la mesure en 2012, il faut encore en trouver un à sa taille ! Par ailleurs, il faut aussi épingler la provenance de ces casques. En majorité, ils sont importés de Chine. Il est donc impossible pour les consommateurs de s’assurer de la qualité du produit. Bref, les Béninois préfèrent s’en remettre à un seau, une casserole ou encore un panier. Mais, en découvrant les photos publiées, on s’aperçoit que d’autres solutions inédites ont également la cote. Hum, hum…  

Que pensez-vous de la permissivité des autorités du Bénin ?