5 choses que vous ne saviez pas sur le nouveau Renault Captur

5 choses que vous ne saviez pas sur le nouveau Renault Captur

Best-Seller européen de sa catégorie, le nouveau Renault Captur se prépare à prendre la relève de son devancier pour défendre son titre face à une concurrence qui a fourbi ses armes. Voici cinq choses à savoir sur le petit SUV urbain frappé du losange.

Renault Captur

Avec le succès mitigé des petits monospaces et des citadines, la marque au losange décide d’investir le secteur très couru des SUV. C’est ainsi que le Captur est le remplaçant du Renault Modus, monospace compact dont les ventes ne dépasseront pas la barre des 660.000 exemplaires. Un choix qui va s’avéré judicieux puisque le Renault Captur sera l’un des véhicules les plus sollicités du constructeur.

Le Renault Captur s’impose comme une référence du secteur.

Lancé le 11 Avril 2013, le crossover reprend la plateforme de la Clio IV. Il est par conséquent, seulement disponible en traction et doit son côté baroudeur à ses lignes robustes ainsi qu’à sa position de conduite haute. Le Renault Captur reprend en effet les lignes conventionnelles de la plupart des SUV de son époque. Un air de berline, dans le cas présent de la Clio, une garde au sol surélevée et des mensurations quelques peu gonflées.

Bien que son design ne soit pas aussi déluré que certains SUV du segment (comme le Juke de Nissan), Renault s’applique à offrir de vastes possibilités de personnalisations. Peinture bi-ton, touches de couleur sur les rétros et les joncs de porte, le SUV de Renault permet même de changer de sellerie via des sièges déhoussables.

A l’intérieur, le Captur a tout d’une familiale. Le SUV est équipé de tout un adage de rangements mais aussi d’une banquette coulissante et d’un plancher modulable. Il profite d’un bel empattement de 2,606 mètres offrant un habitacle spacieux et confortable à ses passagers.

Avec de telles aptitudes, le Renault Captur se positionne rapidement parmi les meilleures ventes de son secteur avec 261.000 unités vendues en Europe. Renault ne se risquera donc pas à changer de recette en proposant une nouvelle génération. Le Captur sera timidement restylé, le but étant de conserver sa position de leader sur un marché à la concurrence de plus en plus rude.

Le nouveau Renault Captur : juste ce qu’il fallait.

Si Renault n’équipe toujours pas son crossover d’une transmission intégrale, il propose un design plus robuste et plus musclé. L’effet baroudeur est en effet accentué par l’ajoute de plusieurs boucliers. Par ailleurs, la nouvelle signature lumineuse avec des phares en forme de crosse, la nouvelle calandre et des jantes spécifiques lui confère une allure plus statuaire.

A l’intérieur, le nouveau Captur est plus élégant, sa finition gagne en qualité. L’habitacle s’habille d’une sellerie bicolore en cuir Nappa de très bonne facture et d’un revêtement en similicuir pour la planche de bord et les contre-portes. Par ailleurs, le nouveau SUV s’équipe à présent d’un toit panoramique, ce qui augmente la sensation d’espace.

Côté technologie, là aussi, le Captur monte d’un cran et s’équipe de tous les systèmes d’aides à la conduite : Easy Park Assist, caméra de recul, avertisseurs d’angles morts… Même l’infodivertissement a été amélioré puisque le Captur compte maintenant un système son Bose, un support multimédia R-Link ainsi qu’une radio connectée à votre smartphone.

Sous le capot, on reste sur des motorisations sobres. Le Renault Captur est disponible avec 90 ch ou 130 ch en essence et 90 ch en diesel.