Une histoire de chapelier

Deux ans plus tard «Fast Freddy» comme on le surnomme entre au Panthéon avec 7 victoires dans chaque catégorie, il devient coup sur coup double champion du monde en 250 et 500. Arai profite pleinement de cette nouvelle notoriété surtout en Europe berceau du « Continental Circus ». Les années Schwantz et Doohan vont confirmer le statut premium de la firme nippone. Mais bien avant le couronnement en 2016 de Jonathan Rea (World SBK) et Brad Binder (Moto3), Arai fabriquait des chapeaux pour la police japonaise. Le fondateur d’Arai Helmet, Hirotake Arai est né dans une famille de chapelier à Tokyo en 1905. Travaillant avec le gouvernement, la petite entreprise familiale passe un important contrat en 1937 pour la confection de casques calorifugés pour l’armée. Les locaux sont exigus et la famille Arai déménage à Omiya (banlieue nord de Tokyo) qui est encore aujourd’hui le centre névralgique de la société.

Des chantiers à la moto

Après les années de guerre, le pays dévasté est en pleine reconstruction. Hirotake trouve là l’opportunité pour fabriquer des casques destinés aux travailleurs des nombreux chantiers. Pendant ses temps libres, il roule à moto mais après quelques chutes, il comprend l’importance d’une bonne protection. Très ingénieux, il pense rapidement à l’utilisation de fibre et résine pour la construction de ses casques. En 1952, il présente officiellement le premier casque de moto « made in Japan ». Il va faire appel à son fils, Michio, qui a étudié aux Etats-Unis pour développer ses produits à l’exportation. C’est naturellement vers le pays de l’Oncle Sam que « Mitch » se tourne et distribue les premiers casques HA en 1963.

Arai et l’Europe

Sur les conseils de l’importateur US, le nom Arai apparait officiellement sur les casques en 1971. Mitch parcourt inlassablement le pays pour faire connaître les produits maison. Au départ ce n’est pas gagné, les motards réticents se méfient. Ils doivent penser qu’un produit asiatique n’est certainement pas signe de bonne qualité ! Mais le fils d’Hirotake ne se décourage pas, il persuade quelques pilotes d’utiliser un casque Arai. Après quelques tests «grandeur nature», les solutions techniques du constructeur japonais sont convaincantes. Parmi les jeunes pilotes américains, Mitch découvre un certain Freddie Spencer. Il a le nez fin et confie son casque au jeune prodige. Celui-ci écume les championnats nationaux et les titres avant de débarquer en Europe en 1980. Il sera titré un peu plus tard et deviendra l’ambassadeur emblématique de la marque japonaise sur le vieux continent. Arai Helmet Europe est créé en 1983 pour s’établir à Hoevelaken aux Pays-Bas. Dans la foulée, Arai fait son entrée dans le monde de la Formule 1 avec Keke Rosberg. En 1986, Michio Arai devient président de la compagnie après la disparition de son père. Enfin, depuis 2003, le petit fils d’Hirotake Arai, Akihito officie à la direction d’Arai Helmet Europe avec Ingmar Stroeven.

Dans notre prochain numéro vous découvrirez le «centre d’inspiration Arai» et tous les petits secrets de fabrication de l’illustre casque japonais.