En ajoutant les deux lettres GT à sa Super Duke, KTM a amené sa 1290 vers un nouveau mode de conduite axé sur le Grand Tourisme Sportif. Avec son moteur V-Twin résolument agressif et en recherche perpétuelle de performances totalement illicites, KTM réussit le pari de concilier la puissance au plaisir de conduite sur longs parcours. Sous son gros réservoir et sa selle devenue, enfin, confortable, se cache une mécanique au sang chaud. Très chaud.

Du froid au chaud

La présentation  s’est déroulée sur les routes sinueuses de Palma de Majorque  où le guide du jour, Jeremy Mc Williams (ancien pilote MotoGP) a tenu à démontrer la toute puissance de sa nouvelle monture. Malgré des conditions “délicates” sur des tracés froids, humides et glissants, la GT est restée follement fun. La KTM a envoyé du lourd à un rythme phénoménal avec son moteur ultra-plein qui faisait sauter l'avant vers le ciel dès 5000 tr/min aidée par une électronique au top niveau qui tentait de garder les Pirelli dans la bonne direction. Après avoir avalé les courtes lignes droites, vous sautez sur les excellents freins Brembo Monobloc aidés par l'ABS sur l'angle. Les suspensions White Power  actives rendent cette KTM assez diabolique. Malgré la météo calamiteuse, on apprécie tout le confort octroyé par cette GT, d'autant que les poignées chauffantes vous gardent les mains bien au chaud.

Des chiffres qui font peur

Cette GT est donc la parfaite combinaison entre la Super Duke R et la 1290 Super Adventure qui avait un peu secoué le monde du deux-roues par son haut niveau de performances. La GT est animée par un V-Twin incliné à 75° de 1301cc à double arbre à cames en tête 8 soupapes et a vu ses chambres de combustion remodelées, sa cartographie remaniée et un nouvel échappement rend le tout conforme aux normes Euro4. KTM propose une courbe d’accélération plus lisse et un couple de 114Nm à seulement 3.250 tr/min. Avec 173 cv à 9.500 tr/min, elle se situe exactement à mi-chemin entre R et Super Adventure. Le châssis est également très proche de la R avec un cadre treillis, un bras oscillant en alu et une géométrie identiques.  Les différences entre la Duke R et la GT se trouvent aussi du côté de la boucle arrière du cadre permettant d'offrir plus de place au passager et aussi de pouvoir supporter la bagagerie. A noter, que les repose-pieds passager sont situés plus bas pour un meilleur confort. Le guidon, d'une seule pièce, est plus large et réglable. La plupart des motos de l'essai étaient pourvues d'un échappement Akrapovic qui déchirait l'air lors de nos accélérations. Comme sur la R, il y a trois modes (Sport, Street et Rain) et leur fonctionnement est parfaitement dosable en toutes circonstances. Le mode Sport offre une réponse plus douce que sur la R, et le mode Rain testé lors d'une averse de grêle ajuste automatiquement le traction control. Le mode Sport est absolument jouissif, aidé par un quick-shifter parfait (même s’il ne fonctionne qu'à la montée des rapports).

A l’abri
J'ai pu tester la protection du pare-brise sur une courte portion d'autoroute. La protection est bien supérieure à la R, j'aurais aimé un peu plus que les 5cm de plage de réglage. Les mains sont assez exposées et des protections auraient été les bienvenues en complément des poignées chauffantes. En mode «Sport», les débattements de 125mm à l'avant et 156mm pour l'arrière procurent un confort acceptable. Les suspensions semi-actives de la marque ne s'ajustent pas au mode de conduite choisi, ce qui serait peut-être une évolution à envisager. Malgré cela, les suspensions ont été très impressionnantes sur les petites routes de Majorque. Le système 6 axes de la centrale Bosch IMU fournit un travail remarquable et la façon dont la GT sortait des virages, aidée par son package électronique était vraiment génial. Avec seulement 15kg de plus que la R, la GT reste légère et vive.

Conclusion

On peut envisager des étapes de plus de 300 km à vitesse “raisonnable” sans devoir repasser à la pompe, aidé par un confort bien réel et une selle chauffante.  Cette dernière est une option, mais l'équipement de base est déjà bien fourni. Feux de jours, clignotants  automatiques, témoin de pression des pneus et phares de virages qui en fonction de l'angle s'orientent de 10° à 30° afin d'éclairer parfaitement les courbes. Il y a une longue liste d'accessoires que vous pourrez découvrir sur le site KTM. Un tel niveau de performances et de sophistication a évidemment un prix et cette GT s'échange contre 17.995 euros. Ce n'est pas vraiment une grande routière, comme certaines machines d'autres marques, mais elle présente cette double personnalité : devenir diabolique ou rester raisonnable. A vous de choisir


La KTM 1290 Super Duke GT en quelques chiffres:

Moteur : V-Twin de 1.301cc à refroidissement liquide,  Double ACT, 8 soupapes

Injection de carburant numérique Keihin

Embrayage multidisque à glissement limité

Transmission à 6 vitesses

Puissance : 173ch à 9.500 tr/min

Couple maxi : 144 Nm à 6.750 tr/min

Suspension avant de 48mm WP télescopique fourche inversée, 125mm de débattement, Suspension

White Power à monoamortisseur arrière, 156mm de débattement

Freins avant : 2 étriers à quatre pistons monoblocs Brembo radial, disques 320mm avec ABS

Frein arrière à double piston étrier Brembo, 240mm disque avec ABS

Hauteur de selle : 835mm

Capacité de carburant : 23 litres

Poids à sec : 205 kg

Prix: 17.995 euros