Kawasaki Z900RS à Cologne?

Depuis la disparition de sa W800, Kawasaki se devait de proposer un modèle « vintage » au même titre que Ducati, BMW et Honda avec leur Scrambler, R nine T et CB1100. La Kawa Z900RS marquera le 40eme anniversaire de la série Z en reprenant les lignes du modèle que nous avons tous en mémoire, mais en lui apportant la technologie actuelle nécessaire à son homologation. Son moteur 4 cylindres (évidemment) de 125 chevaux terminé par un 4 en 1 nous comblera de bonheur. (PSA)


Dieu et son génie

A trois mois de l’échéance, il est encore difficile de connaître le prochain champion 2017. A l’issue de ses dernières épreuves, il faut cependant bien admettre que l’ère Rossi arrive tout doucement à son terme. Sa science du pilotage a conservé tout son savoir mais si ce Dieu vivant reste dans le Top 3 des meilleurs pilotes, il a perdu en fougue et en démesure face à un Marc Marquez dont le génie et la folie vont de pair. Sa lutte incessante avec Doviziosio en Autriche a démontré qu’avec lui, il fallait s’attendre à tout pour notre plus grand bonheur. Dommage qu’au terme de la saison 2015 à Valence, il n’ait pas combattu avec la même audace un certain Jorge Lorenzo.

Les oubliés

On aura fait grand bruit de cette rentrée au stand soi-disant programmée par Marquez et le HRC à Brno, mais on a omis de citer « les petits » qui avaient eu le même trait de génie. Si Tech3 a renvoyé Folger pour un tour supplémentaire, le privant d’un podium si pas d’une victoire, chez KTM (Pol Espargaro), VDS (Jack Miller) et Aspar (Karel Abraham), on était prêt et le changement de machines s’est déroulé sans encombre, les propulsant à la suite du pilote Honda. Seul Herve Poncharal de Tech3 a admis avoir été « mauvais » sur cette épreuve. Les autres teams se sont retranchés derrière de belles paroles.

Rencontre avec Davide Brivio

En charge du Team Suzuki Ecstar, Davide Brivio s’est confié à notre micro. « Si en 2015 et 2016, nous avons progressé de manière fulgurante, c’est un peu plus dur à gérer actuellement. La victoire de l’année dernière, le départ de Vinales et l’arrivée de Iannone et Rins sont autant d’éléments à digérer et à transformer en résultats positifs. La situation du Team est actuellement compliquée et tout en étant à l’écoute du Japon, je me dois de proposer un maximum de solutions afin d’avancer vers les plus hautes places du podium. Les chutes de Rins et l’adaptation difficile de Iannone avec notre châssis nous font plonger au classement. Si la saison 2017 est dorénavant derrière nous, je me dois de concilier les humeurs de chacun afin que l’équipe reste soudée et aille de l’avant. L’arrivée d’un nouveau sponsor pour 2018-2019 devrait nous permettre de trouver de nouvelles solutions ».