Nostalgie! On va les regretter

Ces motos que l’on regrettera

Les nouvelles normes antipollution qui vont faire un bien fou à notre planète et aux caisses de l’Etat (nouvelles immatriculations obligatoires donc plus de TVA) vont jeter une kyrielle de modèles à la trappe. Si certaines de ces motos vouées à disparaitre ne représentaient plus grand-chose en termes de renommée, il en va autrement pour plusieurs motos pour lesquelles il est (peut-être) encore temps de casser sa tirelire.

Il est libre Max

La Yamaha V-MAX, mythique depuis son apparition en 1984 avec ses 104 cv et ses 1200cc a ouvert, comme Yamaha sait si bien le faire, les portes à la démesure. En 2007, la V-MAX 1700 a pris le relais sous des formes similaires avec une puissance alors de 200 cv. S’il est évident que le modèle le plus recherché reste la version du XXème siècle, il ne fait aucun doute que d’ici peu la dernière mise à jour risque de s’imposer, elle aussi, comme un placement autrement plus productif que votre compte d’épargne. Reste à en trouver une qui traine chez un concessionnaire Yamaha (entre 20.000 et 22.000 euros selon la finition).




GL comme…

En attendant la présentation de sa nouvelle Honda Goldwing «d’on ne sait quelle cylindrée» ni à quelle date, il serait peut-être préférable de jeter son dévolu sur une GL1800 de 2016. A la différence de beaucoup d’autres modèles qui se voient carrément rayer des catalogues, la GL devrait, elle, revenir sillonner les routes du monde entier dans un avenir proche. Avec un prix de vente de plus de 30.000 euros, c’est en toute logique qu’Honda voudrait prolonger ses rentrées financières. Comme chacun le sait, c’est sur les «limousines» que les marges bénéficiaires sont les plus conséquentes. En attendant, tout laisse à penser que dans quelques années ces «anciennes» GT prendront de la valeur et seront très recherchées. Le monde change et le tout électrique «très ennuyeux à piloter» arrive. Et puis on l’aimait bien cette première GL1000 à 4 cylindres fabriquée en 1975, lourde comme un camion et maniable comme … un camion.


 

Bandit de grand chemin

Les 4 cylindres de chez Suzuki ont dû repasser sur le banc pour se conformer à ces fameuses normes 2017. Du coup, les petites et grosses Bandit, dont la commercialisation a débuté en 1989, on va les regretter. De la 400 à la 1250cc, ces appellations GSF ont séduit des milliers de navetteurs en recherche d’un faible prix d’achat et de performances suffisantes pour se déplacer en ville comme sur autoroutes. Si les premiers modèles peinaient quelque peu avec une tenue de route approximative, les choses se sont bien améliorées dans les années 2000 où Bandit 650 et 1250 avaient une multitude de qualités à proposer. Un prix d’achat attrayant, une fiabilité jamais mise en défaut et une facilité de conduite déconcertante. Basique et suffisante, il se pourrait bien que d’ici peu la côte de ces «utilitaires» grimpent de manière substantielle.  Et si vous en trouvez encore une au fond d’un garage Suzuki, pourquoi ne pas se faire plaisir à moindre frais?

 


 

W,x,y,Z

Quand Kawasaki a lancé sa W650 en 1999, elle faisait suite à une certaine Zéphyr à 4 cylindres censée rappeler à tout le monde que Kawasaki savait y faire en matière de moteur 4 cylindres. Avec sa W650, Kawa revenait sur sa 650W1 bicylindre de 1967 pour proposer une moto au charme incroyable. En plus, elle marchait super bien, à l’instar des productions japonaises, ne consommait pas d’huile et démarrait par une simple pression sur le bouton du démarreur. Par la suite, la W800 pris le relais en 2010 avec une injection à la place des anciens carbus. Aujourd’hui c’est cette dernière qui se voit contrainte de disparaitre des show-rooms. Dommage car en terme de moto d’antan, Kawasaki avait bien réussi son coup en proposant une moto simple, basique et fiable. Un peu comme Triumph  le fait actuellement.

 

 

Et les autres disparues?

Elles sont nombreuses! Comme la Yamaha SR400, à peine arrivée déjà repartie. Chez Suzuki, plus de grosses Intruder 1800. Adieu la Honda Deauville et sa capacité à voyager loin et longtemps et transportant ses petites affaires. Chez Kawa, plus de ER-6n mais la Z650 prend le relais. Quant à BMW, l’avenir est quelque chose que la firme bavaroise maîtrise pleinement avec des motos et moteurs prévus pour affronter toutes les normes anti-pollution depuis l’aube des années 2000 (si pas avant).