5 moteurs que l’on regrette fort !

Dans le passé, l’industrie automobile a produit quelques moteurs qui ont marqué les esprits des passionnés. Voici cinq moteurs, loin d’une quelconque hybridation ou de la chasse au CO2, que l’on regrette.

5 moteurs que l’on regrette fort !

Wankel

Le moteur à piston rotatif a été développé sous sa forme actuelle par Felix Wankel pour les motos NSU avant d’être repris par Mercedes ou Citroën. Mais c’est surtout sous le capot des Mazda qu’on le regrette, tant sur la 787B qui a remporté les 24h du Mans 1991 que sur la RX-8 récemment disparue.

Six-cylindres BMW

En dépit de l’électrification et du « downsizing » (soit le développement de moteurs de plus petite cylindrée), BMW produit toujours des six-cylindres aujourd’hui. Ils sont toutefois équipés d’un turbo au contraire des premiers moteurs de la marque comme le mythique M328 qui anima les 327 et 328 avant 1940.

V6 Alfa Romeo

Le V6 Busso fit sa première apparition sous le capot de l’Alfa 6. Il remporta rapidement un grand succès grâce à sa puissance et à sa réactivité. Les amateurs se délectaient aussi de sa sonorité très musicale ! Il a quitté la scène en 2005.

Six cylindres Jaguar XK

Apparu en 1948 au lendemain de la deuxième guerre mondiale pour impressionner les États-Unis, ce moteur fit les beaux jours de quelques-unes des plus fameuses Jaguar de tous les temps : la XK120, la Type E ou encore la XJ6.

V10 Lexus

Lexus ne sait pas faire que des hybrides ! En 2005, le constructeur japonais surprend tout le monde en présentant la LFA équipée d’un énorme V10. Ultra-puissant et proposant une sonorité divine, il a contribué à transformer rapidement cette supercar en objet de collection.