Le dioxyde de carbone (CO2)

Ce gaz incolore est naturellement produit par tous les organismes vivants. Les plantes absorbent le CO2 et le transforment en composés organiques (sucres, cellulose). Tandis que les animaux et nous-mêmes faisons l'inverse : nous respirons l'oxygène dont notre organisme se nourrit, puis le rejetons sous forme de CO2. Enfin, la combustion de matières organiques (bois, pétrole, charbon) est aussi source de dioxyde de carbone.

Aujourd'hui, la quantité de CO2 produite est toutefois plus grande que la quantité utilisée. Résultat : la chaleur du soleil est prise au piège dans l'atmosphère et fait monter la température. C'est le fameux effet de serre.


© Getty Images

Les oxydes d'azote (NOx)

Ils proviennent de toute combustion de gaz, d'essence ou de charbon à haute température. Le moteur de votre voiture, votre cuisinière au gaz et votre poêle à charbon en produisent. Mais rassurez-vous, il y a de plus gros producteurs d'oxydes d'azote que vous : les usines et les avions, entre autres.

Les émissions de NOx peuvent irriter les voies respiratoires, ont un impact sur la couche d'ozone, sont responsables des pluies acides (le fameux « smog »), et augmentent l'effet de serre.

Les particules fines

Ce sont des microparticules de moins de 0,25 micromètre de diamètre présentes dans l'atmosphère. Elles proviennent des moteurs de voitures, camions et bus (principalement diesel), mais aussi de l'industrie, de l'agriculture et de la combustion (cheminées, chauffage domestique, et même fumée de cigarette).

Inhaler des particules fines peut provoquer des problèmes respiratoires légers à sévères, et à long terme, diminuer l'espérance de vie.

Des solutions ?

Les problèmes de pollution de l'air causés par ces substances affectent le monde de manière globale. Il faut donc des solutions globales. Heureusement, des initiatives ont vu le jour et des efforts ont été faits dans différents secteurs. L'industrie a notamment abandonné progressivement le charbon en faveur du gaz naturel et des énergies renouvelables. Et dans le secteur automobile, filtres à particules, pots catalytiques, voitures électriques et hybrides ont vu le jour. Comme la Toyota Yaris Hybride, la première citadine à proposer cette technologie respectueuse de l’environnement. Maligne, elle n'a pas besoin de prise électrique, elle se recharge toute seule pendant que vous roulez. À son bord, vous effectuez plus de 50 % du trajet en mode électrique, vous consommez beaucoup moins de carburant, et vos émissions de CO2 et de particules fines sont beaucoup plus faibles. Vous contribuez ainsi à améliorer la qualité de l’air.