ESSAI Abarth 124 Spider: devoirs de vacances

|

En même temps que la Fiat 124 Spider, il nous était proposé d'essayer brièvement sa version élevée au venin de scorpion, l'Abarth 124 Spider. Mais elle portait des plaques "Prova"…

Les plaques "Prova" sont des immatriculations provisoires que les constructeurs italiens appliquent sur leurs voitures en cours de développement. Et donc, les Abarth 124 mises à notre disposition étaient en effet des "prototypes" servant à la mise au point quasiment finale de la voiture qui sera officiellement lancée après les vacances d'été. Premières impressions.

Pas finie

Notre première impression est que parmi les deux versions qui seront proposées, l'une avec boîte manuelle 6, l'autre avec boîte auto 6, la première est presque finie mais pas encore tout à fait, alors que la seconde est vraiment loin du compte. Dans le cas de la version à boîte manuelle, on sent déjà le potentiel de la voiture. Le moteur 1.4 Multiair 170ch a une hargne folle, mais pourrait être encore un peu plus franc dans ses montées en régime. Côté châssis, on est sur la bonne voie, c'est déjà assez précis et assez amusant mais pour une Abarth, c'est peut-être un peu trop soft.

Mais ce n'est rien à côté de la version à boîte auto. Celle-ci semble en effet garder pour elle 30% du potentiel du moteur, les accélérations sont laborieuses et interrompues par les "trous" observés entre les rapports et soit les réglages du châssis étaient très différents, soit ces réglages ont besoin de toute la pêche de la voiture pour se montrer. Le fait est que dans cette version, le train avant se montrait paresseux en attaque de virage et trop vif ensuite, et que les mouvements de caisse en courbe ou au freinage par exemple sont bien trop marqués pour un roadster, a fortiori s'il se présente comme méchamment sportif.

En résumé donc, il reste un peu de boulot – mais pas grand-chose – sur la version manuelle. La version auto va devoir sérieusement bosser durant l'été et se représenter aux repêchages de septembre.

Mais un bon point pour les deux : entre le look du capot et du coffre noir et le son de l'échappement très "à l'ancienne" (que certains, mais pas nous, trouvaient excessifs car too much par rapport aux prestations de la voiture), l'Abarth 124 Spider a déjà au moins le mérite de mettre son conducteur dans une délicieuse atmosphère racing.

Allez les gars, bossez-nous ça !

 

L’Abarth 124 Spider en quelques chiffres

Moteur : 4 cylindres 1.4 turbo, 170ch à 5.500tr/min, 250Nm à 2.500tr/min

Transmission : aux roues arrière

Boîte: manuelle 6 ou auto 6

Poids (kg) : 1.060

0-100 km/h (sec) : 6,8

V-max : 232 km/h