ESSAI Citroën C3: de la Citroën, de la vraie!

|

Comme bien d'autres marques au cours du temps, Citroën a traversé une période durant laquelle elle ne fut guère à la hauteur de son histoire. La C4 Cactus avait déjà été un soubresaut, et la C3 que voici semble vraiment marquer la fin de cette période.

Car ce qui a fait la particularité de Citroën tout au long de son histoire, c'est d'avoir des idées. Des idées, quelle que soit leur nature, qui faisaient sortir la marque du lot. Parfois, ces idées étaient purement anecdotiques, comme le fait de remplacer un compteur de vitesse classique par un cylindre rotatif, ou de disposer les commandes de phares, d'essuie-glace et autres de façon originale, pour ne pas dire étrange. Parfois, ces idées étaient au contraire très évoluées et cruciales, comme les suspensions hydropneumatiques de la DS, sa boîte semi- automatique, ses phares directionnels. En tout cas, ces idées avaient toujours les mêmes buts: améliorer le quotidien des conducteurs, et leur permettre de se distinguer. Et bien sûr, il y a aussi un certain sens du design. Voilà les choses que Citroën avait perdues peu ou prou le long du chemin, pour cause de rationalisation des coûts et/ou de panne créative.

Design et confort

Dieu sait que nous entendons des discours formatés à longueur d'année, mais quand Citroën décrit sa nouvelle C3 en insistant surtout sur deux valeurs fondatrices de la marque, on les croit. Mieux: on le vérifie. Ces valeurs sont le design et le confort.

Question design, faut-il que nous vous fassions l'article ? Vous avez les images sous les yeux et vous constatez vous-même que dans le segment des VW Polo, Peugeot 208, Hyundai i20, etc., la C3 dénote. Je ne sais pas vous, mais moi, le vent de fraîcheur, je le sens bien. à quoi ça tient? à cette face avant «à deux étages» qui, après la Cactus, devient la nouvelle signature Citroën. Tout comme l'idée simple des Airbumps, pas si anecdotiques puisqu'ils protègent vraiment vos portières de celles des autres. Et la silhouette robuste, tirant sur le crossover sans vraiment en être un, ça aussi, c'est unique dans le segment. La C3, on va la remarquer, dans le trafic.

Un habitacle unique

Et quand on sera à bord, on sera tout aussi conquis, chaque matin, par cette présentation qui casse les codes. Du tissu pour décorer la planche de bord, c'était quand, la dernière fois ? Des sangles plutôt que de simples poignés pour fermer la portière. Des lignes simples mais harmonieuses, des sièges larges et moelleux comme des fauteuils. Depuis quand, dans une petite bagnole de ville ? Qui ose ça, aujourd'hu ? Personne. Et qui ose tant de plastiques durs partout, à part Dacia ? Sauf qu'ici, la mise en forme est si originale que critiquer les plastiques nous semble hors de propos. Dans toutes les autres voitures qui se ressemblent, nous cherchons à établir une hiérarchie par ce genre de qualité ou de défaut. Mais l'habitacle de la C3, on ne peut le comparer à rien. Il est unique.

Bon, en cherchant bien, on se dit que l'espace aux genoux à l'arrière sera un peu juste si on embarque 4 adultes
de 180 cm de haut, et qu'être obligé
de passer par l'écran du système
multimédia pour régler le chauffage
est toujours un peu couillon. Mais on s'en accommode.

Caméra sympa

Enfin la C3 reçoit une idée très Citroën : simple, inutile mais sympa: la ConnectedCam, une caméra vidéo FullHD grand angle (120°) logée à la base du rétro, qui prend des photos et des films de ce que vous voyez devant vous. Images que vous pouvez ensuite partager sur les réseaux sociaux via une appli smartphone gratuite. Inutile? Pas tant que ça en fait, car la caméra filme en permanence, grâce à une mémoire tampon de 16 Go. En cas de choc, 180 secondes d'images (30 secondes avant l'impact, une minute après) sont automatiquement sauvegardées. De quoi dissiper les doutes sur qui est en tort.

Confort souple

Mais ce qu'on attend surtout d'une Citroën, c'est du confort de roulage. Et c'est peut-être là que la C3 fait le plus honneur à la réputation de Citroën. à l'heure où tous les constructeurs se résignent à adopter le concept germanique du confort, c’est-à-dire un confort plus ou moins ferme, de peur de lire dans la presse que leur bébé n'est pas dynamique pour un sou, les ingénieurs Citroën ont fait le choix assumé d'un châssis privilégiant très largement un confort souple, prévenant, ondulant. Sur les routes pavées, les dos d'ânes, les très mauvais revêtements, la nouvelle C3 est, en matière de confort, la nouvelle patronne du segment.

Winston Churchill

La contrepartie forcément, c'est qu'on oublie toute idée même furtive de dynamisme. La devise de la C3 pourrait être la réponse de Churchill quand on lui demandait le secret de sa longévité: «No sports». Ces dernières années en effet, peu de voitures nous ont si clairement fait comprendre que l'attaque dans les virages, «euh non, merci, je passe». Le train avant n'a pas plus envie que cela de mordre le bitume, le roulis n'est pas négligeable et le «replacement au lever de pied» n'est pas concluant. Comprenons-nous bien: on parle d'un essai en mode «journaliste», à un rythme assez soutenu. Vous avez perçu l'euphémisme?

Bien insonorisée

Toutes ces choses, le conducteur lambda n'en sera pas perturbé. Au contraire, il se dira qu'il n'a pas profité d'un tel confort depuis des lustres. Confort qui est par ailleurs encore renforcé par une insonorisation très soignée. Nous avons essayé le 3 cylindres essence 1.2 dans ses versions atmosphérique 82 chevaux et turbo 110 chevaux. Et si dans l'effort, le 82 chevaux – très alerte et plus que suffisant pour un usage urbain – fait entendre sa sonorité typique de «3 pattes», le 110 chevaux n'est qu'un murmure, en tout cas avec la boîte auto 6.

Si vous avez le budget, nous vous conseillons d'ailleurs une version à boîte auto, disponible uniquement avec le moteur essence 110 ch dans un premier temps. D'abord parce que c'est tellement plus agréable en ville, ensuite parce que c'est une excellente boîte n'ayant rien à envier à une double-embrayage, enfin parce que la commande de la boîte manuelle – uniquement 5 rapports sur toute la gamme – est un peu floue et présente des débattements trop longs. Un vieux travers de Peugeot et Citroën qu'on croyait oublié. Cela dit, voilà un défaut qu'on ne remarque, ou qui ne s'avère vraiment gênant, que quand on essaie 80 ou 90 voitures par an, et qu'on coupe un peu les cheveux en quatre. Suivez mon regard dans le miroir.


Conclusion

La nouvelle C3 est une Citroën pure souche: une voiture qui a ses défauts, mais qui a l'art de se les faire pardonner. Si on recherche quelque chose de frais, de différent, et de confortable, on pardonne très facilement. Et maintenant, vivement chaque prochaine Citroën.


+

Design unique dans le segment B

Habitacle original et rafraîchissant

Confort excellent à tous points de vue

-

Commande de boîte 5 floue et longue

Habitabilité arrière moyenne

Pas pour conducteurs dynamiques

 

La Citroën C3 PureTech 110 ch en quelques chiffres

Moteur : 3 cyl. turbo, essence, 1.199cc, 110ch à 5.500tr/min, 205Nm à 1.500tr/min

Transmission : aux roues avant

Boîte : auto 6 rapports

L/l/h (mm) : 3.996/2.009/1.474

Poids à vide (kg): 1.050

Volume du coffre (l) : 300 - 922

Réservoir (l) : 45

0 à 100 km/h (sec.) : 10,9

Prix : 17.495 € TVAC

Puissance : 110 ch

V-max: 188 km/h

Conso mixte : 4,6 l/100km

CO2 : 103 g/km

Autres motorisations

1.2 PureTech 68 : 68ch; 4,7 l/100km; 165 km/h, 12.955 € TVAC

1.2 PureTech 82 : 82ch; 4,7 l/100km; 173 km/h, 14.995 € TVAC

1.2 PureTech 110 man. : 110 ch; 4,6 l/100km; 188 km/h; 18.445 € TVAC

1.6 BlueHDi : 75ch; 3,5 l/100km; 171 km/h; 16.895 € TVAC

1.6 BlueHDi : 100ch; 3,7 l/100km; 185 km/h; 17.895 € TVAC