ESSAI Maserati Quattroporte: le porte-drapeau de plus en plus performant!

|

Avec la Quattroporte 2017, Maserati continue sa marche en avant. Même si elle ne se présente pas comme un nouveau modèle, sa mise à jour lui permettrait de s'attaquer plus sereinement à la Porsche Panamera. Vraiment!?

Tester une Maserati, qu'on le veuille ou non, c'est toujours un grand moment. Vous savez, les moteurs (essence) produits par Ferrari, les habitacles luxueux et le charme à l'italienne... En plus, même si elle n'est pas la plus extravagante, depuis quelques années la marque est bel et bien rentrée dans une spirale très dynamique. La Ghibli, sortie en 2013, qui a rendu Maserati plus «accessible»,  va bientôt recevoir son face-lift tandis que le Levante connaît d'ores et déjà un succès phénoménal! Pour la marque au trident, la prospection des ventes du SUV occupe tout bonnement 50% de l'ensemble de la gamme ! Mais ici, c'est bien de la Quattroporte que l'on parle. Et de sa refonte, qui montre encore que Maserati ne chôme pas!

Grand luxe ou grand sport?

Rapidement, de l'extérieur, on pointera un nouvel extracteur arrière et une nouvelle calandre ainsi qu'un nouveau dessin d'écopes de pare-chocs à l'avant. Mais ce qui se voit (encore) moins, c'est le travail effectué sur l'aérodynamique. Derrière la calandre se cachent des obturateurs d'air actifs qui permettent de réduire la traînée. Résultat : toutes les versions offrent une vitesse de pointe améliorée. Avec le V8, la Quattroporte GTS fait aussi bien que la berline familiale de Stuttgart et pointe alors à 310 km/h !  La grande nouveauté s'observe surtout du côté des finitions avec deux univers assez différents : GranLusso et GranSport, cette dernière pouvant s'acquérir avec un pack carbone (intérieur et extérieur).  à l'intérieur, l'édition Ermenegildo Zegna, aujourd'hui de série sur GranLusso, avec ses couleurs chatoyantes et la soie, donne du plus bel effet. Enfin, un nouvel écran tactile de 8,4 pouces prend place au centre de la planche de bord. Il accueille un système multimédia mis à jour, maintenant compatible avec Apple Car Play et Android. Même si Maserati propose de le manipuler, en partie, avec une roulette disposée sur la console centrale, on a de loin préféré le maniement tactile.

En balade ou à l'attaque?

90 ans après Alfieri Maserati à bord de sa Type 26, nous avons pris le volant d'une Maserati sur les routes de la célèbre Targa Florio. Même si le V8 reste le must et que le V6 diesel se vend le mieux dans nos contrées, nous n’avions droit «qu'au» V6 S de 410 chevaux. En mode Sport, la sonorité est à la hauteur du trident mais on se rend vite compte, à haute vitesse, que le travail effectué au niveau de l'insonorisation est de haut vol. Cela incite déjà davantage à la balade.

Côté sensations, même si le couple maximal de 550 Nm est annoncé dès 1.750 tr/min., c'est plutôt vers 2.750 tr/min. que la mécanique commence à envoyer. Mais pour tout vous dire, sur les routes étroites siciliennes, avec une chaleur qui dégradait l'adhérence sur certaines portions, on n'a pas osé trop pousser... Car même s'il est vrai que la transmission Q4 (système quatre roues motrices intelligent non-permanent) évite toute surprise, les direction et train avant semblent bien moins tranchants que ceux d'une Panamera. La Quattroporte inspire donc, à nouveau, plutôt la balade le long de la côte... Mais rassurez-vous, malgré les énormes progrès en terme d'assistances (cruise control adaptatif avec Stop&Go, alerte anti-dévoiement et anticollision, détecteur d'angle mort, caméra de recul et panoramique, etc.), le constructeur avoue clairement que pour lui, les voitures autonomes, ce n'est pas pour tout de suite. Et tant mieux, car la Quattroporte reste une Maserati : ça se conduit, ça s'expérimente et ça se vit ! Franchement, c'est comme ça qu'on l'aime !

Conclusion  

La Quattroporte a principalement progressé en performances, assistances et multimédia. Malgré cela, derrière le volant, l'italienne semble moins rigoureuse et sportive qu'une Porsche Panamera. Par contre, che bella macchina... Et quelle classe ! C'est bien là qu'elle fait (toujours) toute la différence !

 

+

Charme
Performances moteurs
Insonorisation
Progrès assistances à la conduite

-

Consommations
Système multimédia perfectible
Comportement moins rigoureux que la concurrence

 

La Quattroporte S Q4 en quelques chiffres

Moteur : 6 cylindres en V bi-turbo à injection directe d'essence ; 2.979cc ; 410ch à 5.500tr/min ; 550Nm de 1.750 à 5.000 tr/min
Transmission : aux quatre roues
Boite : auto 8 rapports
L/l/h (mm) : 5.264/1.948/1.481
Poids à vide (kg) : 1.920
Volume du coffre (l) : 530
Réservoir (l) : 80
0 à 100 km/h (sec.) : 4,9

 

Prix : 114.100 € TVAC
Puissance : 410 ch
V-max : 286 km/h
Conso. mixte : 9,7 l/100km
CO2 : 226 g/km

 

Autres motorisations
 
V6 diesel : 275ch, 6,2l/100km, 252km/h, 99.100 euros TVAC
V8 GTS : 530ch, 10,7l/100km, 310km/h, 160.200 euros TVAC