ESSAI Rolls-Royce Dawn: sale boulot

|

Quel sale job que le nôtre, parfois. Non pas parce que nous avons l'occasion d'essayer les plus belles voitures du monde, mais surtout parce qu'après, nous devons vous en parler. Et parfois, comme dans le cas présent, les mots nous manquent…

Aligner les superlatifs? A quoi bon, vous savez déjà même sans peut-être jamais en avoir approché une qu'une Rolls-Royce est le sommet absolu du raffinement automobile, de la noblesse, de la majesté. Et une Rolls-Royce cabriolet ne fait qu'ajouter à la splendeur au point que même le soleil ne se sent plus à la hauteur. C'est d'ailleurs peut-être pour cela qu'il se cache si volontiers en ce moment…

Aborder la Dawn comme n'importe quelle autre automobile, en basant notre analyse sur la comparaison avec ses concurrentes? Mais quelles concurrentes? Bentley n'a pas encore sa Mulsanne découvrable. La Mercedes Classe S Cabrio, peut-être? Une voiture coûtant la moitié du prix de la Dawn est-elle vraiment une concurrente? Bon, nous verrons.

« Petite » Rolls

Bref, conscience professionnelle oblige, tentons tout de même de vous dire de quoi est faite cette nouvelle merveille, nouveau et unique cabriolet de la gamme Rolls-Royce, puisque la Phantom Drophead a tiré sa révérence.

La Dawn, c'est d'abord 5.29 mètres de long, près de 2 mètres de large et 1,5 mètre de haut. Le constructeur nous fait d'ailleurs savoir avec cette pointe d'humour british que la Dawn est donc la voiture la plus basse de son histoire. Caractéristique traditionnelle d'une Rolls  : un capot interminable. Il faut bien ça pour loger un énorme V12 de 6.6 litres, délivrant 570 ch entre 1.500 et 5.000 tr/min – une plage unique au monde – et 780 Nm à 1.500 tr/min, ayant pour mission de mettre en mouvement les 2.500 kg que la Dawn accuse sur la balance. En un mot comme en cent, ceci est une immense voiture. Nous n'en avons donc été que plus surpris en découvrant le dernier chiffre que nous vous donnerons : 295 litres. Telle est la capacité du coffre, du moins quand on roule fermé. Car la capote aussi est forcément immense et lorsqu'on l'envoie se cacher sous son couvre-tonneau recouvert de bois précieux, le coffre perd encore 51 litres de capacité. Il ne sera donc pas possible d'embarquer les bagages des quatre adultes qui peuvent prendre place dans ce somptueux carrosse. Mais en fait, la Rolls-Royce Dawn est-elle vraiment faite pour voyager? N'est-elle pas plutôt une voiture de plage, mais pour les plages de Cannes, Miami ou Malibu?

Welcome on board

Et déjà, nous en arrivons à parler des choses que vous imaginez. Comme cette façon qu'à une Rolls de vous accueillir à son bord, d'offrir son épaisse moquette pure laine à vos pieds délicats, ses fauteuils – non, on ne parlera pas de sièges – de cuir à vos augustes séants, ses essences de bois précieux et ses métaux de qualité à vos yeux ébahis et à vos doigts caressants? Nous ne vous apprenons rien. Comme nous ne vous apprenons probablement pas que dans une Rolls-Royce, les commandes de phares, de boîte de vitesse et de climatisation conservent une présentation à l'ancienne dont la moindre qualité n'est pas de nous faire oublier l'électronique moderne qu'elles dissimulent. Forcément, vous le saviez, ou vous vous en doutiez. Cela étant, même si vous saviez déjà tout ça, quelque chose vous échappe encore. L'expérience, le sentiment que tout cela procure. ça peut sembler fou pour tout conducteur de voiture « normale », mais oui : même régler la température de climatisation, même actionner un clignotant est, dans une Rolls-Royce, une expérience différente.

Moins bonne, mais tellement mieux

Il est à présent de notre devoir d'essayer un parallèle avec une autre voiture, que nous avons citée plus haut. Aujourd'hui, la Mercedes Classe S Cabrio est probablement le meilleur cabriolet (très) haut de gamme du marché. En tous points. Les technologies embarquées, les mécaniques, le comportement routier, les performances, le confort, la sécurité… Tout. La Classe S Cabrio frôle la perfection. Oui, vraiment, même la Rolls-Royce Dawn doit s'incliner devant la supériorité technique de la Mercedes, comme la Ghost doit le faire face à la Classe S berline, et plus encore à la version Maybach. Mais elle s'incline par pure courtoisie, car l'une et l'autre ne jouent décidément pas dans la même catégorie. Et de son côté, la Classe S sait que malgré ses incomparables qualités, elle ne parviendra jamais à transmettre à celui ou celle qui la conduit le sentiment de majesté absolue que l'on ressent au volant de la Rolls-Royce Dawn.

Contraste

Ce sentiment nait du contraste qui existe entre les proportions de la voiture et la délicatesse qui émane de chaque commande. Enorme contraste aussi entre le volume, à nouveau, de la Dawn et l'effet que peut avoir sur elle votre pied droit lorsqu'il enfonce la pédale. Car quand on n'a jamais que vu une Rolls-Royce passer devant soi sans un bruit, on ne peut imaginer que la Dawn puisse abattre le 0-100 km/h en 5 secondes. Et si vous lisez régulièrement nos essais de cabrios, vous aurez du mal à croire que même à près de 200 km/h, capote ouverte et sans le filet pare-vent dressé au-dessus des sièges arrière, rigoureusement indispensable dans la grande majorité des décapotables 4 places, les occupants (des sièges avant en tout cas) peuvent encore converser sans vraiment élever la voix?

Sensationnelle, à sa manière

Mais le plus étonnant pour qui n'est pas un habitué des voitures au Spirit Of Ecstasy, c'est que la Dawn, comme toutes ses sœurs d'ailleurs, fournit les plus gros efforts, les plus fortes accélérations, les plus fortes reprises en ayant l'air de souffler une bulle de savon. Sans forcer. Donc non, vous ne ressentirez jamais la moindre sensation sportive dans la Dawn. Et soulignons au passage qu'il est un fait que malgré des freins à la hauteur et des amortisseurs gros comme une cuisse de rugbyman, la Dawn n'est pas taillée pour les enchaînements de virages. Mais que vous rouliez très vite ou calmement, ce que vous ressentirez invariablement est sa noblesse tranquille, sa majesté totale qui ne vous donneront qu'une seule envie : la faire se mouvoir avec le plus d'élégance possible.

Aimée de tous

Reste à parler d'une chose qui, pour le coup, est vraiment étonnante. Quand on roule en Porsche ou en Ferrari, il se trouve toujours quelqu'un pour vous regarder d'un air méchant, pour, rien qu'avec les yeux, vous traiter de frimeur ou de parvenu. Quand on roule en cabriolet, même si c'est une Opel Cascada, c'est pareil. Quand on roule en Rolls, on récolte au pire l'indifférence de celui qui ne voit qu'une voiture de vieux croulant. En général, c'est plutôt de l'émerveillement, du respect. Mais perd-t-on ce respect si la Rolls est décapotable ? Devient-on subitement un frimeur détestable ? Manifestement, non. A se demander pourquoi les riches ont souvent pour devise « Pour vivre heureux, vivons cachés ». 

CONCLUSION

Qu'elle soit limousine ou cabriolet, peu importe qu'une Rolls-Royce n'atteigne pas l'excellence technique d'une autre voiture. Parce que de toute façon, elle reste très largement au-dessus du lot.

+

Charisme

Onctueuse d'un bout à l'autre

Charme rétro de chaque commande

Image auprès du public

-

Dimensions hors normes

Coffre peu généreux

Poids/consommation

Faut-il parler prix?

La Rolls-Royce Dawn en quelques chiffres

Moteur : V12 essence, 6,6 litres; 570ch de 1.500 à 5.000tr/min; 780Nm à 1.500tr/min

Transmission : aux roues arrière

Boîte : auto 8 rapports

L/l/h (mm) : 5.285/1.947/1.502

Poids à vide (kg) : 2.560

Volume du coffre (l) : 241-295 litres

Réservoir : N.C.

0 à 100 km/h (sec.) : 4,9

Prix : 324.000€ TVAC

Puissance : 570 ch

V-max : 250 km/h

Conso. mixte : 14,2l/100km

CO2 : 330g/km