ESSAI Toyota GT86: en glisse sur la glace finlandaise

|

Toyota a procédé à quelques ajustements techniques et donné quelques coups de bistouri à la GT86. L'occasion d'essayer le petit coupé propulsion sur la glace lapone !

Avec 170.000 unités vendues dans le monde, la Toyota GT86 constitue un beau succès pour la marque. Conçue depuis le départ avec Subaru (qui propose la BRZ dans sa gamme), elle profite donc d'une motorisation particulière : un boxer à quatre cylindres à plat qui développe une puissance de 200 chevaux. Outre ce moteur, aucun autre choix n'est proposé. Tout juste peut-il être associé à une boîte manuelle ou automatique, toutes deux à six rapports.

Chevaux haut perchés

Après quatre années de carrière, l'heure est venue pour la GT86 de passer par la traditionnelle case du face-lift. Calmons tout de suite les ardeurs de ceux qui espéraient que Toyota en profite pour proposer plus de puissance sous le capot : le boxer quatre cylindres est maintenu à une puissance de 200 chevaux perchés à 7.000 tr/min pour un couple de 205 Nm à 6.400 tr/min. De quoi néanmoins déjà bien s'amuser grâce à un poids contenu et une architecture de voiture de sport classique : propulsion à moteur avant. Plutôt qu'au moteur, c'est donc au design et au comportement que les ingénieurs japonais se sont attaqués.

En ce qui concerne le style, point de refonte radicale : les lignes racées de la GT86 semblent plaire au plus grand nombre. On note toutefois de nouvelles jantes de 17 pouces, de nouvelles optiques à LED, un nez plus bas et des boucliers avant et arrière repensés. Le spoiler arrière a lui aussi été redessiné afin d'optimiser la stabilité de la GT-86. En aluminium, il est maintenant proposé en option. Si ces nouveautés esthétiques ont été dictées par l'aérodynamisme d'après Toyota, d'autres nouveautés visent, elles, à l'amélioration du comportement et du plaisir de conduite. La suspension a ainsi été reconfigurée avec des réglages repensés et une nouvelle flexibilité des ressorts. La GT-86 2017 se veut donc plus rigide, plus stable, avec un comportement et un confort améliorés.

Mode Track

S'il faudra attendre d'essayer la GT86 sur les routes belges pour juger précisément de ces changements, cet essai réalisé sur les routes enneigées de Laponie nous a déjà permis d'apprécier le nouveau volant, plus petit et à la jante plus épaisse. Tout aussi agréable à manier, la boite de vitesses manuelle offre des débattements assez courts et des verrouillages efficaces. La GT86 gagne également un mode Track qui agit sur l'ESP. Compromis entre l'activation ou la désactivation totale de l'ESP, il permet de se faire plaisir sur circuit en gardant une béquille de sécurité. On peut alors déjà s'amuser à faire quelques belles glisses sur la neige à moindre risque. Mais le plaisir passe encore au niveau supérieur quand on déconnecte toutes les aides. Dans cet exercice et sur les pistes enneigées voire glacées du centre de conduite en Laponie, la GT86 a fait montre de son bel équilibre et de la facilité avec laquelle elle peut être emmenée dans de longues glisses entretenues du pied droit.

Conclusion

Toyota fait évoluer sa GT86 dans la douceur. Les retouches esthétiques sont discrètes et le comportement dynamique évolue subtilement Mais quand on part d'une recette de base déjà délicieuse, pourquoi en faire plus !?

+

Lignes sexy

Agilité

Facilité de prise en main

-

Tarif en hausse

Interface désuète

La GT86 en quelques chiffres…

Moteur : 4 cylindres atmo essence ; 1.998cc ; 200ch à 7.000tr/min ; 205Nm à 6.400tr/min

Transmission : propulsion

Boite : manuelle à 6 vitesses ou auto à 6 vitesses

L/l/h (mm) : 4.2440/1.775/1.285

Poids à vide (kg) : 1.222

Réservoir (l) : 50

0 à 100 km/h (sec.) : 7,6

Prix : 33.400€ TVAC

Puissance : 200 ch

V-max : 226 km/h

Conso. mixte: 7,8 l/100km

CO2: 180 g/km


Toyota 86-X : 1.000 ch en drift sur la neige

Cet essai en Laponie a également été l'occasion d'embarquer à côté du pilote norvégien Fredric Aasbø, champion du monde de drift, dans la Toyota 86-X. Cette GT86 de l'extrême affiche pas moins de 1.000 chevaux et 1.600 Nm de couple. Avec pareil engin, les sensations physiques et auditives sont phénoménales ! Particulièrement quand ce sympathique pilote lance la voiture en travers à 150 km/h à quelques centimètres des murs de neige...