ESSAI BMW 650i Cabrio: le luxe au grand air

On dit souvent que le grand air incite aux plaisirs simples. Mais il peut aussi se vivre dans le grand luxe. C’est le cas à bord de la 650i Cabrio restylée… 

Vivre au grand air à bord de la Série 6 est un plaisir récent. La première «6 Cabrio» remonte en effet seulement à 2004. Avant cela, le modèle n’existait qu’en Coupé. Depuis peu, il se décline aussi en berline-coupé, avec la Série 6 Gran Coupé. Cette dernière a bien fait d’exister puisqu’elle représente aujourd’hui à elle seule 50% des ventes mondiales de la Série 6 !

Pour le printemps 2015, toute la famille 6 s’offre un lifting. Le coup de scalpel est toutefois très léger. C’est que le Cabrio qui nous occupe ici n’a pas pris une ride depuis son lancement, en 2011. Il faut même regarder la voiture de très près pour remarquer ses nouveaux feux à diodes de série (adaptatifs en option), ainsi que ses naseaux et pare-chocs légèrement retouchés.

On est mieux à deux

À bord, l’équipement progresse et les Série 6 s’offrent aussi de nouvelles garnitures, tandis que les nouvelles finitions Design Pure Experience et Design Pure Excellence mettent en avant un cachet sportif ou luxueux. Les passagers avant prennent toujours place dans un cockpit très chic. Ils pourront aussi se mettre à l’aise, puisque l’espace qui leur est dédié est généreux. À l’arrière, on a réussi à caser un collègue mesurant 1,70 mètre de haut. Mais c’est la taille maximum : les plus grands auront les genoux enfoncés dans le siège avant. Et la tête dans la toile par temps couvert…

Ce cabriolet se vit donc mieux à deux qu’à quatre, d’autant qu’en éjectant les passagers arrière, on peut installer le filet anti-remous, qui rend la conduite au grand air sensiblement plus confortable. Avec ce coupe-vent, on peut croiser à très haute vitesse sur autoroute sans être décoiffé. Et la très bonne insonorisation acoustique permet aussi de continuer à discuter avec le passager. L’habitacle conserve également bien la chaleur, ce qui permet de profiter du grand air même en soirée. Mais les plus frileux regretteront toutefois que le chauffage de nuque soit ici indisponible, alors qu’il est pourtant proposé en option sur la Série 4 Cabrio, moins luxueuse, mais plus récente de conception.

Le Cabrio Série 6 reste toutefois le seul de la famille à disposer d’une lunette arrière indépendante, qui peut s’ouvrir lorsque la capote est fermée pour distiller une petite bouffée d’air frais dans le cou des passagers, ou qui peut se relever quand la capote est pliée pour faire office de petit coupe-vent. Quant à la manœuvre de capotage/décapotage de la toile, elle s’effectue évidemment de manière entièrement automatique, sur simple pression d’un bouton. Il faut 19 secondes pour ouvrir le toit et 24 pour le refermer. L’opération doit s’entamer à l’arrêt, mais on peut terminer la manœuvre en roulant, jusqu’à 40 km/h. Et vous pouvez aussi ouvrir ou fermer la capote à distance, depuis la terrasse de votre café préféré. À condition que la voiture soit parquée à moins de 30 mètres…

Elle donne plus de voix

Pas de révolution sous le capot : les moteurs, tous turbocompressés, sont reconduits. On retrouve donc les variantes 640i (3.0 à 6 cylindres 320ch), 650i (4.4 V8 de 450 chevaux), 640d (3.0 à 6 cylindres 313ch) et M6 (4.4 V8 poussé à 560 chevaux, voire à 575  en option). A part cette dernière, toutes les versions sont disponibles en option avec la transmission intégrale xDrive.

Si les moteurs n’évoluent pas pour le nouveau millésime, ils donnent en revanche plus de voix. Du moins en essence : tous les blocs à allumage commandé sont en effet désormais dotés de série de l’échappement Sport, qui comprend un volet piloté. En mode Sport et Sport+, ce volet s’ouvre pour distiller une sonorité plus marquée.

Le poids de l’opulence…

Pour cet essai, nous disposions de la version 650i propulsion. Le moteur V8 déborde tellement de couple qu’il pourrait se contenter d’une boîte à 3 rapports seulement… Il est pourtant accolé à l’unité ZF à 8 vitesses, toujours excellente : elle est douce en conduite calme et rapide en mode Sport, où elle rétrograde promptement au freinage. Elle se marie parfaitement avec le 4.4 V8, qui signe des performances de feu, mais les étale avec une relative douceur. Bref, pied au plancher, on se fait délicatement bercer sous le soleil alors que l’aiguille du compteur semble portée par la brise…

Sous forte accélération, le V8 gronde mais ne hurle pas. C’est que nous sommes à bord d’une GT, pas d’une super-sportive. Ceci dit, notre version d’essai est armée pour manger du virage : elle s’équipe de l’amortissement adaptatif avec barres antiroulis actives et de la direction active intégrale qui englobe une démultiplication variable en fonction de la vitesse et des roues arrière directrice. Avec cet attirail (facturé en supplément !), les virages s’abordent d’un petit coup de volant et la voiture semble posée sur des rails. Deux reproches toutefois : la direction active offre un ressenti artificiel et, sur les gros freinages et dans les enchaînements serrés, le poids se fait ressentir. Ceci dit, le compromis confort/tenue de route est épatant.

Conclusion

La Série 6 Cabrio n’a pas tellement évolué. Mais en avait-elle vraiment besoin ? Ce gros cabrio Grand Tourisme déborde de luxe et nous permet de rouler confortablement au grand air quel que soit le rythme adopté. Il semble être né pour toujours vivre décapoté. Et pour habiter entre Los Angeles et Saint-Tropez… Car il faut bien sûr disposer d’une tirelire de vedette pour s’offrir son raffinement et sa quasi-perfection !

La BMW 650i en quelques chiffres 

Moteur : 8 cylindres en V, essence, 4.395cc, 450ch de 5.500 à 6.000tr/min, 650Nm de 2.000 à 4.500tr/min.

Transmission : aux roues AR ou 4x4

Boîte : automatique 8 rapports

L/l/h (mm) : 4.894/1.894/1.365

Poids à vide (kg) : 1.930

Volume du coffre (l) : de 300 à 350

Réservoir (l) : 70

0 à 100 km/h (sec) : 4,6

+

Grand cabrio confortable et luxueux

Peu de turbulences avec le pare-vent

Bonne isolation acoustique et thermique

Comportement équilibré

Ensemble moteur/boîte 

-

Poids élevé

Encombrement extérieur

Pas de chauffage de nuque

Prix élevé, options nombreuses

Prix : 106.800 € TVAC

Puissance : 450 ch

V-max : 250 km/h

Conso. mixte: 8,9 l/100km

CO2: 208 g/km