Je vous le concède, cette recette s'avère incroyable… mais vraie ! Et autant vous le dire tout de suite : de ma jeune carrière, je n'ai jamais été aussi impressionné par une voiture. Car non, cette Cadillac n'a pas seulement un gros moteur sous le capot. Certes, étant celui d'une icône du groupe General Motors (la Chevrolet Corvette Z06), il y est pour beaucoup. Mais la CTS-V dispose aussi d'autres grandes qualités…

Limo de compet’ !

Chez Cadillac, l'objectif des déclinaisons V-Series est comparable aux modèles GTS chez Porsche, M chez BMW, AMG chez Mercedes ou encore RS chez Audi : pouvoir profiter sur route la semaine et se faire plaisir sur circuit le week-end. A tel point que Cadillac propose un enregistreur de données d'assez bon niveau. Une simple carte SD insérée dans la boite à gants et le tour est joué ! Un caméra filme à l'avant et des informations telles que la vitesse, les rapports de boîte, le régime moteur, l'angle du volant ou encore les G encaissés sont affichés. Ça annonce la couleur ! Pas banal pour une berline de plus de 5 mètres de long (5.021 mm contre 5.098 pour une nouvelle BMW Série 7) ! Tout comme sa puissance : 649 chevaux, qui font de la CTS-V la berline la plus puissante du marché, au rapport poids/puissance inégalé de seulement 2,8 kg/ch.

Démoniaque…

Mettre en route le V8 suralimenté de 6,2 litres ne trompe pas : ça va bombarder ! Même si en mode Tour, à faible régime, elle reste extrêmement civilisée. Par contre, en modes Sport et Track, l'échappement actif ajoute sa petite touche sonore pour nous donner davantage de frissons. Et croyez-moi, ça pousse ! Ça ne s'arrête d'ailleurs jamais de pousser… Entre 2.000 et 3.000 tr/min, on sent qu'il y a du potentiel. Passé 3.500, on est collé au siège et catapulté de rapport en rapport, passés divinement par la nouvelle boîte automatique 8 vitesses, également empruntée à la Corvette Z06. Les km/h défilent… et il paraît que la presse américaine, ayant testé la voiture sur circuit, aurait aimé le faire sur les célèbres portions d'autobahn allemandes sans limitation de vitesse. Ben oui, car c'est qu'elle atteint les 320 km/h, la CTS-V… Eh bien, nous avons eu cette chance ! A 230 km/h, on peut remettre les gaz et ça continue à pousser… jusque 300 km/h. Quel moteur ! Quel souffle ! Et tout cela, sans broncher, sans bouger. La tenue de cap est parfaite et on ne se sent pas en danger à bord. Mieux encore, en abordant des longues courbes, – à plus faible vitesse bien sûr ! – ça tient le parquet ! Le temps des préjugés sur les mauvais châssis américains est bien révolu. D'ailleurs, Cadillac ose montrer les dessous de son bébé en présentation et a raison de le faire : aérodynamique et refroidissement retravaillés, amortissement adaptatif Magnetic Ride Control de 3e génération qui anticipe les défauts de la route et nous fait oublier les 1.850 kg de l'engin, disques de freins avant de 390 mm à 6 pistons, 365 mm et 4 pistons à l'arrière, signés Brembo. Ça freine donc très, très fort et longtemps ! Bref, quelle caisse ! Et ça ne s'arrête pas là…

… et raffinée

Une fois à l'intérieur, même sans démarrer, une sensation agréable nous envahit également. Les sièges Recaro méritent une attention toute particulière tant leurs multiples possibilités de réglages vous offrent une assise parfaite. Les matériaux et l'assemblage sont aussi de grande qualité. Pas grand-chose à redire.
Côté sécurité, la CTS-V se met aussi au niveau des européennes : alerte anticollision, avertissement de sortie de voie, aide au maintien de la trajectoire, affichage tête haute couleurs, etc. En plus, Cadillac est généreux dans son équipement de base. La liste d'options est donc, assez brève.
Que demander de mieux ? Peut-être un coffre plus grand et plus pratique, ainsi qu'un réseau de distribution plus étoffé. Mais Cadillac y travaille sérieusement, dans le but de tripler les ventes de ce genre de produits en Europe…

Conclusion

A part la conso et le système de taxation belge, il faut vraiment se forcer pour trouver des défauts à cette incroyable voiture. Le rapport qualité/prix/performances/sensations offert par cette CTS-V est tout simplement, actuellement, inégalé. Et de très loin !

+

Moteur démoniaque      

Confort/tenue de route

Finitions et matériaux

Sièges au top !

Prix/performances

 


 

Consommation

Taxes

Volume de coffre

Réseau de distribution

La CTS-V en quelques chiffres

Moteur : V8 bi-turbo à injection directe d'essence ; 6.162cc ; 649ch à 6.400tr/min ; 855Nm à 3.600tr/min

Transmission : aux roues arrière

Boite : automatique 8 rapports

L/l/h (mm) : 5.021/1.863/1.447

Poids à vide (kg) : 1.850

Volume du coffre (l) : 388

Réservoir (l) : 72

0 à 100 km/h (sec.) : 3,7

Prix : 100.160 € TVAC

Puissance : 649 ch

V-max : 320 km/h

Conso. mixte : 13 l/100km

CO2 : 298 g/km

Photos et Legendes

Cadillac_CTS-V_inter__01.jpg: Le volant est recouvert d’Alcantara et on vous met au défi de trouver des plastiques durs à bord de cette CTS-V !

PHOTO extérieur statique ou dynamique: Avec le pack performance qui constitue la seule grosse option (4.000 euros), le style de l'américaine est à tomber !

ATS-V
Rapport poids/puissance imbattable ! 

La petite sœur de la CTS est elle aussi déclinée en V-Series. Malheureusement, la qualité des matériaux et les finitions n’évite pas la critique. Les réglages de direction (Tour, Sport, Circuit) sont aussi un peu trop artificiels pour un coupé (il existe aussi une ATS-V 5 portes). Pour le reste, elle a une gueule à tomber et un moteur qui sait y faire ! Grâce à son poids contenu (1.693 kg), qui la rend aussi assez vive du train arrière, et sa puissance élevée de 470 chevaux, elle offre un rapport poids/puissance terrible de 3,3 kg/ch. En fait, sur le marché des sportives, seule sa grande soeur fait mieux ! Mais au final, la recette est similaire à la CTS-V : offrir du confort et de la démesure en même temps.