ESSAI TECHNO BMW Série 7: des yeux partout

La série 7 est toujours la première à étrenner les technologies d’avant-garde avant qu’elles ne se généralisent à l’ensemble de la gamme. Elle intègre ainsi la conduite semi-autonome, un avant-gout de ce que seront les voitures autonomes. 

Des caméras et capteurs sont disposés tout autour de l’auto. Cela permet à cette imposante voiture de détecter tout ce qui se trouve aux abords de la voiture et d’en avertir le conducteur (détecteur d’angle mort ou aide au parking). Le plus intéressant concerne les caméras disposées à l’avant du véhicule : une « standard » et une infrarouge. En interaction avec les capteurs de distance, cela permet au Cruise Control de s’adapter au trafic en suivant la voiture qui précède jusqu’à l’arrêt. Un simple effleurement de la pédale d’accélérateur suffit à relancer la voiture. 

Rester attentif

Ces caméras permettent aussi de détecter les panneaux de vitesse qui sont alors reportés dans le Head Up Display, mais aussi les piétons imprudents ainsi les bandes de circulation. La voiture peut alors suivre seule sa bande, assister le conducteur dans la vitesse idéale à conserver pour éviter les excès de vitesse et freiner net en cas d’obstacle ou de danger imminent. Le conducteur n’a plus qu’à tenir le volant… et rester attentif! L’ordinateur de bord n’hésitant pas à rappeler au pilote qu’il est temps de faire une pause, détecteur de somnolence oblige.



La conduite sur autoroute comme dans le trafic quotidien de nos villes devient moins stressant et on se fait vite à cette auto qui lit la route. Si on ajoute à cela cette version Plug-In Hybride, vraiment silencieuse jusqu’à 80 km/h, les embouteillages sont presque un plaisir. 

Vont-ils trop loin?

Ceci représente une évolution normale de la voiture vers la conduite autonome. BMW, comme d’autres acteurs allemands ou américains, ont déjà des véhicules roulant sur nos routes pendant plusieurs heures sans aucune intervention humaine. Le conducteur étant là pour superviser. La conduite en devient que plus reposante. Reste la question de la responsabilité en cas d’accident… il faudra que les assureurs s’adaptent, parce que la révolution est en marche.