Renault et Nissan accueillent Mitsubishi

|

Après le feu vert de la commission européenne la semaine dernière, plus rien ne s’opposait au rapprochement de l’Alliance Renault-Nissan et de Mitsubishi. C’est désormais chose faite.

Comme prévu, le groupe franco-japonais a acquis 34% des parts du constructeur aux diamants pour la modique somme de 2,1 milliards d’euros. Carlos Ghosn, déjà PDG de Renault, de Nissan et de l’Alliance, prend également la tête de Mitsubishi, tâche dans laquelle il sera épaulé par un co-président en la personne d’Hiroto Saikawa, jusqu’alors directeur délégué à la compétitivité chez Nissan.

Leur première tâche sera de redresser la marque, toujours à la peine dans nos contrées, et qui devrait connaître une perte de 2,1 milliards d’euros sur l’exercice 2016. En cause: l’affaire des émissions truquées dans laquelle le constructeur était empêtré depuis l’an dernier.

A terme, l’ambition est évidemment de profiter pleinement des synergies de l’Alliance, en termes de plateformes et de motorisations, notamment.