Une autonomie de 1.780 km pour les Skoda Superb GreenLine

|

Au salon de Francfort, fin septembre, Skoda va dévoiler les déclinaisons les plus sobres de ses Superb et Superb Combi. Il s’agit bien sûr des modèles ayant droit au fameux label « GreenLine ». Pour rappel, celui-ci est synonyme de consommations et d’émissions de C02 limitées au mieux, mais aussi d’équipements spécifiques.

D’un point de vue technique, il est vrai que ces modèles se distinguent quelque peu des autres déclinaisons de la gamme. En effet, pour améliorer l’aérodynamique de ses Superb, le constructeur réduit de 1,5 cm la hauteur de caisse, dote ses voitures d’un becquet arrière et les équipe de jantes de 16 pouces (17 en option) qui sont chaussées de pneus à faible résistance au roulement. Le résultat ? La berline et le break affichent des coefficients de pénétration dans l'air de 0,263 et 0,275. Pas mal !

Sous le capot de ses Superb GreenLine, le constructeur tchèque glisse un moteur diesel 1,6 l TDI de 120 chevaux qui ne rejette que 95 grammes de CO2 par kilomètre. Vu le gabarit des modèles, cette donne suscite bien sûr l’admiration. Pour arriver à un tel résultat, Skoda reconnaît équiper ses modèles d’une boîte manuelle à six (longues) vitesses et d’un système Start/Stop certes, mais aussi d’un système de récupération d'énergie au freinage et d’un catalyseur de type SCR. Avec pareilles spécificités, la berline Superb peut ainsi officiellement limiter sa consommation à 3,7 l/100 km et parcourir 1.780 km avec un plein de 66 litres.

Et vous, pensez-vous que la consommation annoncée soit proche de la réalité ?