Les voitures noires interdites au Turkménistan

Les voitures de couleur noire sont désormais bannies du Turkménistan, ou tout du moins de sa capitale, Ashgabat. N’y cherchez aucune raison objective, il ne s’agit ni plus ni moins que d’un caprice du président Gurbanguly Berdymukhammedov.

Au Turkménistan, l’amour du leader autoritaire pour les couleurs claires est loin d’être un secret. L’homme s’est donc lancé dans une chasse aux voitures sombres, qu’il a fait interdire d’importation dès 2015. Et plus encore dans la capitale Ashgabat, connue pour héberger la plus grande concentration de bâtiments en marbre blanc au monde.

Dès lors, parce que le noir jure avec la clarté environnante, les véhicules de cette teinte sont désormais strictement interdits dans la ville. Certains propriétaires ont déjà vu leur voiture remorquée en fourrière pour leur seule couleur extérieure. Pour la récupérer, ceux-ci doivent promettre, document signé à l’appui, de la faire repeindre, idéalement en blanc, couleur favorite du Président.

Les carrossiers en profitent: le prix d’une nouvelle peinture aurait doublé aux alentours d’Ashgabat, jusqu’à atteindre les 1.000 dollars, soit plus de deux fois le salaire turkmène moyen.