Quand des robots Opel simulent des fessiers humains

|

Olivier, Marius, Bernd et Werner ne cessent de frictionner les coussins latéraux du siège avant et de simuler des entrées et sorties du véhicule tout en frottant le cuir. Ils s'exécutent ainsi 50.000 fois par semaine, l'équivalent d'un cycle de vie pour une voiture.

Composés d'un patin de friction recouvert d'un matériau similaire à un jeans et d'une couche de mousse imitant le postérieur et les cuisses d'un humain, ces robots d'inspection sont considérés comme des membres pleinement qualifiés de l'équipe par les responsables des intérieurs Opel.

Ils aident ainsi la marque à obtenir l'approbation de l'association AGR (Aktion Gesunder Rücken). Après les tests, les ingénieurs peuvent déterminer si les sièges seront capables de résister à de futures contraintes en regardant la structure du tissu : la couleur peut s'altérer et la surface se griffer mais le principal est que la mousse en dessous reste intacte et que la structure du tissu demeure stable.