Arrivé à la tête du groupe Ford en 2014 après en avoir géré différentes filiales (dont Mazda à l’époque), Mark Fields était dans le viseur des actionnaires depuis plusieurs semaines, notamment à cause de la baisse de 36% du cours de l’action depuis sa prise de pouvoir.

Il lui était notamment reproché son manque de vision pour la marque, sa peine à développer le «core business» ou encore la progression trop lente dans la mise au point de la voiture autonome ou des nouvelles solutions de mobilité.

Son successeur, Jim Hackett, est en revanche un spécialiste de cette dernière matière puisqu’il a dirigé le département «Smart Mobility» du constructeur. Engagé en 2014, Hackett est reconnu pour ses qualités de visionnaire, notamment dans sa précédente fonction de PDG du fabricant d’articles de bureautique Steelcase.