Quelle assurance pour ma nouvelle voiture ?

C’est, évidemment, une obligation légale : toute voiture circulant sur les routes doit être assurée. Mais il y a bien sûr « assurance » et « assurance ». Laquelle choisir ?

Dans le domaine des assurances automobiles, il existe trois grandes catégories principales : la RC, la petite omnium et l’omnium complète.

1. Responsabilité civile

Communément appelée « RC », l’assurance responsabilité civile est la seule obligatoire. Elle permet de couvrir les frais, à la fois matériels et corporels, causés à des tiers en cas d’accident. Cela peut être un autre usager de la route ou même un passager de son propre véhicule. Elle ne couvre, en revanche, pas les frais corporels du conducteur impliqué ni ceux de son propre véhicule.

2. Petite omnium

L’appellation et la couverture de la « petite omnium » varie d’un assureur à l’autre. Mais elle se situe globalement entre l’assurance RC obligatoire de base et l’assurance omnium complète. Par rapport à la RC de base, on dispose ainsi de nombreuses couvertures supplémentaires comme le bris de vitre, l’incendie, le vol, les chocs avec des animaux, etc. En revanche, la petite omnium ne couvrira généralement pas les frais en cas d’accident si vous êtes en tort ou si aucune partie adverse ne peut être identifiée (comme en cas de vandalisme par exemple). Cette couverture moins étendue que celle d’une omnium complète permet néanmoins de jouir d’une prime annuelle moins élevée.

3. Omnium

L’assurance de type omnium est celle qui offre la plus grande couverture. Elle est bien sûr à privilégier pour un véhicule neuf financé à crédit. La différence principale avec la petite omnium réside dans le fait d’être couvert même si l’on est en tort ou si aucune autre partie ne peut être identifiée comme lors d’un vol ou d’un acte de vandalisme. Il conviendra néanmoins de bien lire les clauses du contrat d’assurance car certaines couvertures sont parfois limitées. Exemple : si les dégâts liés au contact d’un gibier sont remboursés, ceux consécutifs à une sortie de route si l’on a tenté d’éviter un gibier ne le sont pas toujours. Autant le savoir…

Parallèlement à ces trois grandes catégories d’assurance, on relèvera la présence de plusieurs couvertures complémentaires à ne pas négliger :

1. L’assistance dépannage.

Cette couverture permet de disposer d’un dépannage ou du remorquage de sa voiture en cas de panne. Attention toutefois à ne pas faire double emploi ! Les constructeurs offrent généralement ce type d’assistance, pour une durée variable, à l’achat d’une nouvelle voiture. Inutile de la payer une seconde fois…

2. L’assurance conducteur

L’assurance RC de base ne couvre que les frais causés à un « tiers ». Le conducteur du véhicule, qui n’est bien sûr pas considéré comme un tiers, n’est dès lors pas couvert. Pour éviter les mauvaises surprises, mieux vaut cocher cette couverture supplémentaire couvrant aussi le conducteur en cas d’accident.

3. Protection juridique

La garantie protection juridique permet de couvrir les frais, comme les honoraires d’avocats ou les expertises, liés à un accident. Cette protection est utile tant si l’on est en droit (pour intenter un recours auprès du responsable de l’accident) qu’en tort (pour défendre ses intérêts face à la partie adverse). S’il le souhaite, le preneur d’assurance reste libre du choix de son avocat.