“Les tendances de consommation changent constamment et de nouveaux produits sont mis sur le marché”, déclare Mark Montgomery, ingénieur matériaux chez Ford Europe. “Sachez que même des produits apparemment innocents peuvent laisser des traces.”

Par exemple, les crèmes solaires contiennent de l’oxyde de titane, qui peut réagir avec les plastiques et les huiles naturelles contenues dans le cuir, surtout à chaud. Dans l’insectifuge, le diéthyltoluamide est l’ingrédient actif le plus commun. Les ingénieurs de Ford font actuellement des essais à des températures allant jusqu’à 74°C et dans certains cas, ils simulent même l’exposition au soleil. L’intérieur d’une voiture est alors exposé aux rayons ultraviolets.

L’objectif est de réévaluer la composition chimique des revêtements protecteurs afin d’assurer une protection efficace des nouveaux produits cutanés sur le marché. Reste la question de savoir comment ils affectent notre propre santé…