ESSAI Opel Grandland X: de côté, l’audace française!

L'Opel Grandland X était le dernier attendu de la famille X, celle des SUV Opel. A priori, sa plateforme française devrait lui offrir une excellente base, mais dans ce segment très concurrentiel, a-t-il d’autres atouts pour se démarquer ?  

En 2012, PSA Peugeot-Citroën et Opel ont décidé de collaborer pour développer des modèles en commun. Du côté de la marque au blitz, le Crossland X a donc repris la plateforme du Peugeot 2008 et du Citroën C3 Aircross. Et le modèle qui nous occupe hérite de la même base que le Peugeot 3008. Ce dernier n’ayant pas eu mauvaise presse, comment pourrait-il en être autrement de son cousin allemand?

Plus conventionnel

Vous vous souvenez de l’Opel Antara, ce 4x4 (qui était aussi proposé en 4x2) robuste ? Peut-être pas car il n’a pas vraiment connu un grand succès chez nous. Il faut dire qu’il partageait ses dessous avec une Chevrolet née Daewoo en Corée. Bof…

Le Grandland X est son remplaçant, mieux dans son époque, avec des motorisations adaptées ainsi qu’un format plus compact (- 12 cm en longueur) et un plus grand coffre (+ 144 litres, soit 514). Pourtant, pas de transmission intégrale au programme ! Ce privilège est réservé au Mokka X, 20 cm plus court que le Grandland X, et qualifié davantage d’aventurier.

Dans l’ensemble, le look du « 3008 allemand » devrait faire beaucoup plus d’adeptes que n’en a fait l’Antara. Même si son design est bien moins audacieux qu’un 3008, sa face avant 100% Opel nouvelle génération, avec une signature lumineuse reconnaissable entre toutes, ainsi que sa poupe très dynamique, devraient trouver sans trop de problèmes un public.

Technique française

Design 100% allemand donc, mais technique 100% française. Ainsi, au catalogue de lancement, seuls le trois cylindres essence 1,2 litre de 130 chevaux et le 1.6 diesel 120ch seront proposés. Tous deux pourront s’accoupler, au choix, à une boîte manuelle à 6 rapports ou une automatique 6 vitesses. Fin 2018, un 2 litres diesel de 180 chevaux viendra renforcer l’offre. D’autres blocs plus et moins puissants devraient aussi remplir le catalogue un peu plus tard, dont une version plug-in hybride attendue pour 2019.

Habitacle sérieux

Une fois à bord du Grandland X, tout conducteur d’Opel récente se sentira chez lui. La planche de bord de qualité, en plastique moussé, est bien assemblée et les commandes ne suscitent aucune critique, si ce n’est peut-être qu’il manque un bouton de menu principal pour le système multimédia. Etrange mais l’utilisation ne se montre pas compliquée pour autant, ce qui reste le principal finalement ! L’ambiance intérieure manque d’un peu de couleurs, d’un peu de folie… Mais on appréciera, en option (pack hiver à 550€), les sièges chauffants et ventilés, ainsi que le volant chauffant. A l’arrière, trois adultes pourront prendre leurs aises (là est bien l’objectif de ce modèle), sans que l’occupant de la place centrale n’ait l’impression d’être puni. Ces mêmes passagers apprécieront les sièges chauffants, toujours en option avec le pack hiver.

Les équipements comme bon plan!

Tant que nous sommes dans la partie équipements, il faut impérativement souligner l’une des forces de ce nouvel arrivant sur le marché : sa dotation de série. En effet, il embarque déjà le régulateur de vitesse combiné avec un limiteur, l’assistant au maintien de voie, les feux LED, la reconnaissance des panneaux routiers ainsi que le volant réglable en hauteur et en profondeur, ce qui perfectionne encore sa position de conduite plutôt haut perché. Le tout pour un prix d’attaque de 25.000€ en 1.2 essence, c’est-à-dire 600€ moins cher que son concurrent français. Les deux véhicules étant assemblés tous deux à Sochaux, en France, on ne peut s’empêcher de les comparer ! Mais où se cachent les autres différences ?

Un silence remarquable

Sur la route, bien entendu ! A propos du trois cylindres élu trois années de suite meilleur moteur de l’année, on s’est demandé s’il s’agissait bien du moteur PSA ! Non pas pour son agrément de conduite, toujours aussi bon, mais plutôt pour sa sonorité car il se révèle quasiment inaudible à bord de l’Opel. C’est la bonne surprise : une insonorisation moteur assez incroyable pour le segment, à tel point que les bruits de vent ne se font que plus audibles. La remarque vaut également avec la motorisation 1.6 diesel.

Même si nous n’avons pas eu vraiment l’occasion d’attaquer, et de toute façon il n’est pas fait pour cela, le Grandland X nous a présenté un amortissement quasiment parfait, sans aucune prise de roulis. De là à savoir s’il est aussi dynamique que son concurrent au lion, on dit « joker » avant de pouvoir l’essayer sur nos routes, en Belgique. Enfin, mention spéciale pour le 1.6 mazouté accouplé à la boîte automatique à 6 rapports : c’est bien la première fois que nous avons réussi à égaler la consommation annoncée lors d’un premier essai ! C’est-à-dire 4,6l/100km ! 

Il rentre dans le rang

On pourrait encore vous parler du Grip Control en option, appelé ici IntelliGrip, ainsi que des assistances à la conduite, le tout étant similaire à ce que nous connaissons chez PSA. Mais pour terminer, on préfère s’attarder sur les autres différences entre le 3008 et ce Grandland X. Tout se joue côté émotions : le Peugeot, avec son petit volant, son intérieur très futuriste et son design audacieux, a bousculé le segment. L’Opel, lui, fait tout très bien, mais il est beaucoup plus classique et rentre dans le rang. Ce qui, avec son rapport prix/équipement très intéressant, devrait de toute façon lui offrir une plus belle carrière que son prédécesseur, l’Opel Antara.

Conclusion

Plutôt classique et conventionnel, l’Opel Grandland X se montre efficace dans tous les compartiments du jeu, en se démarquant surtout du côté de son rapport prix/équipement.

+

Silence/insonorisation

Amortissement irréprochable

Equipements de série

Intérieur trop classique ? 

L'Opel Grandland X 1.2 en quelques chiffres

Moteur : 3 cylindres turbo à injection directe d'essence ; 1.199cc ; 130ch à 5.500 tr/min ; 230Nm à 1.750 tr/min

Transmission : aux roues avant

Boîte : manuelle 6 vitesses (auto 6 en option)

L/l/h (mm) : 4.477/1.906/1.609

Poids à vide (kg) : 1.350

Volume du coffre (l) : 514 – 1.652

Réservoir (l) : 53

0 à 100 km/h (sec.) : 11,1

Prix : 25.000 € TVAC

V-max : 188 km/h

Conso. mixte : 5,1 l/100km

CO2 : 117 g/km