ESSAI Seat Ibiza: Leon n’a qu’à bien se tenir

L’Ibiza, c’est en quelque sorte la Golf de Seat. Pas sur le plan de la taille, mais bien sur celui de l’importance pour la marque. Seat n’a donc pas lésiné sur les moyens au moment de remplacer son modèle-fétiche, et ça se ressent!

A l’agonie il y a quelques années à peine, Seat va mieux aujourd’hui. Beaucoup mieux même, puisqu’avec 408.700 unités vendues l’an dernier, le constructeur espagnol a augmenté ses ventes de 30% en quatre ans. Et 2017 s’annonce sous les meilleurs auspices, avec un premier trimestre qui s’est clôturé sur une hausse de près de 14% ! De quoi donner le sourire aux dirigeants du groupe Volkswagen, qui n’hésitent plus à confier à Seat, devenue «bankable» du haut de ses 143 millions d’euros de bénéfice, le soin d’étrenner des solutions inédites.

Nouvelle plateforme

C’est notamment le cas de la plateforme modulaire MQB A0 sur laquelle repose la nouvelle Ibiza. Celle-ci sera ensuite déclinée à travers toutes les marques du groupe, et servira notamment de base pour la nouvelle Polo et son dérivé SUV attendus cet été. A terme, elle devrait être utilisée par 700.000 voitures par an. C’est dire l’importance qu’elle revêt ! La bonne nouvelle c’est que, disons-le d’emblée, cette variante «A0» est la digne petite sœur de la plateforme MQB disséminée à travers le segment supérieur (Leon, Ateca, Golf, Tiguan, A3…). Elle promet donc non seulement des usages divers et variés, et participe au gain de rigidité de l’ordre de 30% de la nouvelle Ibiza, mais permet aussi un meilleur usage de l’espace intérieur. Ainsi, sans progresser significativement en termes de dimensions, le nouveau modèle propose 35 millimètres supplémentaires aux jambes des occupants arrière ainsi qu’un coffre dont la contenance se monte désormais à 355 litres. C’est… 25 litres de moins seulement qu’une Leon ! Et c’est là qu’intervient pour la première fois la question : que reste-t-il à la Leon!?

Technos au top

Car cela saute aux yeux, en termes de design, l’Ibiza est la digne héritière génétique de la Leon. La face avant affiche la parenté la plus évidente, surtout lorsqu’elle est dotée des feux full-LED encadrés d’un filet lumineux en guise de feux de jour. Ceux-ci constituent une première sur le segment et font partie intégrante de l’offensive technologique déployée par Skoda pour sa nouvelle citadine. Comme sa grande sœur, l’Ibiza peut se doter du système de freinage d’urgence automatique en ville Front Assist, du régulateur de vitesse intelligent, de l’entrée et du démarrage mains-libres ainsi que du tout nouveau système multimédia à écran tactile de 8 pouces, l’un des plus qualitatifs et réactifs du marché. La Leon recevra le cockpit digital en fin d’année ? L’Ibiza y aura droit aussi dès l’an prochain!

Notre seul bémol au sujet de ce dispositif multimédia est l’imprécision du système de navigation, qui peine parfois à accrocher le signal, nous laissant «perdus» pendant de longues minutes. Un défaut qui, espérons-le, sera corrigé rapidement, car pour le reste, ce système est sans doute l’un des plus complets du segment sur le plan de la connectivité grâce à sa compatibilité avec Apple Carplay, Android Auto et MirrorLink. Un chargeur par induction peut en outre être ajouté. Une manière pour la marque de rappeler qu’elle s’adresse à une clientèle jeune, donc friande de ce genre d’applications, puisque l’acheteur d’une Seat est 10 ans plus jeune que la moyenne du marché.

Gare aux griffes!

L’écran est le point central d’un habitacle complètement revu. Si la nouvelle Ibiza se montre plus généreuse avec les passagers arrière, elle n’en oublie pas les occupants avant pour autant puisque ceux-ci profitent de sièges élargis de 42 millimètres pour plus de confort, offrant qui plus est une tenue soignée. Et c’est heureux car aucun des passagers du véhicule ne dispose de poignée de maintien, un manque qui se fera vite ressentir sur parcours sinueux.

Le nouveau dessin du meuble de bord élargit visuellement l’habitacle de l’Ibiza. Son bandeau transversal en plastique brillant pourra être assorti à la teinte extérieure pour apporter un peu de gaieté à bord suivant le niveau de finition retenu (Reference, Style, FR – aux accents sportifs prononcés à bord comme dehors – ou Xcellence, nouvelle finition haut de gamme à tendance chic inaugurée par la Leon). Mais gare aux traces de doigts et aux rayures!

Tout d’une grande 

L’Ibiza débarquera en juin avec une gamme complète de motorisations : 1.0 MPI 65 ou 85 ch, 1.0 TSI 95 ou 115 ch et 1.6 TDI 80, 95 ou 115 ch. Un éventail qui sera complété en fin d’année du tout nouveau 1.5 TSI inauguré par la Golf voilà quelques semaines et par une inédite version CNG 1.0 TSI 90.

Pris en main, le 1.5 TSI fait évidemment des merveilles pour emmener les 1.150 kilos de l’auto. Ses 150 chevaux ne changent pourtant pas la petite espagnole en sportive. Car plus que la poussée très linéaire qu’ils procurent, c’est leur élasticité qui épate. Ce moteur est capable de reprendre à des rotations dignes d’un moteur diesel grâce à son couple de 250 Nm de 1.500 à 3.500 tr/min. Un moteur hautement recommandable donc, mais qui devrait rester assez marginal dans le mix des ventes. Le 1.0 TSI 115 devrait en revanche faire plus de volume. La bonne nouvelle, c’est qu’outre une puissance bien suffisante en toutes circonstances, il est lui aussi doté d’une boîte de vitesses à six rapports. De quoi permettre d’économiser de précieux décilitres de carburant et rendre les 4,7l/100km de moyenne homologuée envisageables en appliquant quelques notions d’éco-conduite. On regrettera seulement son niveau sonore plus élevé que sur les autres voitures où il officie déjà. L’insonorisation, tant moteur qu’aérodynamique, est d’ailleurs l’un des principaux points sur laquelle la Leon garde un avantage certain sur cette Ibiza. Car pour le reste, la nouvelle reprend trait pour trait le caractère routier de sa grande sœur. Le comportement est donc précis, rigoureux et difficilement perturbable, l’Ibiza faisant preuve d’une excellente adhérence, sur route sèche en toute cas, quel que soit le mode de conduite engagé (Normal, Sport, Comfort…). L’amortissement se montre en revanche assez ferme, la faute sans doute – en partie du moins - aux jantes de 17 voire 18 pouces qui équipaient nos versions d’essais en finition Xcellence et FR. Et l’on pourra sans doute lui reprocher un petit manque de caractère ou de sensations de conduite, mais il faut bien laisser quelque chose à une future version Cupra, non!?

Conclusion 

Diable que cette Ibiza est bien née ! Elle est sans conteste un vrai produit Volkswagen, avec tout ce que cela implique. Mais avec elle dans les pattes, la Leon risque bien de ne plus dormir tranquille…


Les points forts

Elasticité du 1.5

1.0l 115ch largement suffisant

Châssis efficace

Qualité d’ensemble

Equipement disponible

Les points faibles

Insonorisation moyenne

Absence de poignées de maintien

Châssis ferme (jantes 18’’)

GPS imprécis

Quelques plastiques sensibles aux rayures

L’Ibiza 1.0 TSI en quelques chiffres

Moteur : trois cylindres, turbo, essence, 999cc; 115ch de 5.000 à 5.500tr/min; 200Nm de 2.000 à 3.500tr/min

Transmission : aux roues avant

Boîte : manuelle 6 rapports

L/l/h (mm) : 4.049/1.780/1.444

Poids à vide (kg) : 1.650

Volume du coffre (l) : 355

Réservoir (l) : 40

0 à 100 km/h (sec.) : NC  

Prix : 19.700€ TVAC

Puissance : 115 ch

Vitesse maxi : 195 km/h

Cons. mixte : 4,7 l/100km

CO2 : 108 g/km