ESSAI Citroën Aircross Concept : Voiture de geek !

|

Dévoilé au Salon de Shanghai en avril dernier, le concept-car Aircross esquisse les futurs codes stylistiques de Citroën et trace les grandes lignes de la nouvelle trajectoire de la marque. Un concept que nous avons pu découvrir sous toutes ses coutures, et que nous avons même pu conduire !

La gamme DS s’étant émancipée l’an dernier pour devenir une marque à part entière, il était nécessaire pour PSA de redéfinir le positionnement de Citroën. Un objectif déjà dédié au C4 Cactus, qui n’a finalement pas eu l’effet escompté. C’est donc au concept Aircross que revient cette charge, avec un leitmotiv : «simplicité». Un terme que la marque française entend bien se réapproprier.

Le design se fait pratique

En toute logique, c’est donc du C4 Cactus que s’est inspiré le designer à l’origine de l’Aircross. Une inspiration indéniable pour la partie avant, avec ces doubles leds horizontales placées au bout du capot, ainsi que pour les barres de toit, dérivées de celles que l’on connaît sur la voiture de série.

Mais le concept pousse plus loin l’idée de simplicité et de rationalité. Ainsi, chaque élément de design a une utilité. Les blocs métalliques dans le bas du bouclier servent de crochet de remorquage, et sont identiques à l’avant et à l’arrière. Les ouïes verticales creusées devant et derrière les passages de roues permettent de réduire les turbulences aérodynamiques. Les larges encarts métalliques alvéolés au bas des portières sont en fait les renforts de celles-ci laissés apparents…

A bord aussi

Les autres originalités de ce concept sont à chercher une fois les portières antagonistes ouvertes. On retrouve un meuble de bord à la forme très épurée, ainsi que des lanières imitant les sangles de bagagerie en guise de poignées de portes, de poignées de maintien ou de porte-boissons. Un artifice qui semble bien destiné à se développer sur les futurs modèles de série. Mais surtout, le concept Aircross est doté de quatre sièges indépendants formant de véritables cocons. Chacun est donc libre de s’y isoler grâce aux haut-parleurs intégrés permettant à chaque occupant de choisir ce qu’il veut écouter. Ceux qui préfèrent papoter seront ravis d’apprendre que des micros ont également été installées pour faciliter la discussion entre l’avant et l’arrière de l’habitacle. Le tout est construit autour d’un superbe «tube» central suspendu.

Geek attitude

Mais le plus étonnant vient du dispositif multimédia. Sa particularité ? Il est doté de deux écrans ultra-haute définition de 12 pouces capables d’interagir entre eux. Le premier est situé face au conducteur, derrière le volant. Le second coulisse sur toute la largeur de la planche de bord afin de permettre au passager de le positionner face à lui. Ce dernier pourra alors en faire usage afin de sélectionner une liste d’écoute, chercher un restaurant sur le trajet ou encore afficher les points d’intérêt dans les environs. Un capteur de mouvement placé au centre de l’habitacle permet, d’un geste de la main, de gérer le volume, de passer à la piste suivante, ou encore d’envoyer les informations affichées à l’écran vers celui du conducteur. Ce dernier pourra alors valider le choix du restaurant, consentir à un détour pour admirer une curiosité locale, etc. Tout cela, d’un simple «clic» du pouce sur les encarts tactiles présents sur le volant.

L’Aircross va même plus loin en matière de gadgets technologiques : grâce à des caméras situées sur les flancs, il est capable de prendre des photos et d’enregistrer des vidéos des paysages traversés. Ces dernières pourront ensuite être diffusées directement sous forme de «timelapse» (vidéo accélérée) sur tous les réseaux sociaux. Et si un monument apparaît dans le paysage, le système est capable de le reconnaître et propose alors plus d’informations à son sujet. Mieux : il pourra suggérer au conducteur un itinéraire alternatif en temps réel pour s’y rendre !

313ch, 1,7l/100km !

Le capot de l’Aircross cache une motorisation hybride plug-in essence. Le moteur 1.6 THP de 218 chevaux est couplé à un bloc électrique de 95 chevaux et à la boîte automatique EAT6. Lorsqu’ils travaillent de concert, la puissance maximale atteint les 313 chevaux et permet d’accrocher les 100 km/h départ arrêté en 4,5 petites secondes. L’auto serait en outre capable de se mouvoir par la seule force du moteur électrique durant 50 kilomètres. De quoi s’assurer une consommation moyenne particulièrement faible en cycle d’homologation actuel : 1,7l/100km ! Des données qu’il nous a été impossible de vérifier durant notre prise en main : le système électrique était désactivé.

Lâché dans la nature

C’est en prenant place derrière le volant de l’Aircross que l’on se rend compte de son encombrement. Car mine de rien, ses 4,58 mètres de long sur 2,10 de large le placent dans le haut du segment C, voire même aux portes du segment D en termes de dimensions. Une carrure encore mise en exergue par le capot très horizontal et la garde au sol imposante dictée par les énormes roues de 22 pouces chaussées de gommes Continental aux dimensions généreuses : 275/45. En fait, la sensation est proche de celle ressentie à bord d’un Range Rover.

Concept oblige, les automatismes et habitudes de conduite «classiques» sont à oublier. Le démarrage se fait par pression sur le bouton «Start» placé sur le côté de la console centrale, sur lequel il faut veiller à ne pas venir cogner le genou une fois en route. Les clignotants ne s’activent pas en levant ou en baissant le commodo, mais bien en le tournant : vers l’avant pour clignoter à gauche, vers soi pour clignoter à droite. On essaiera de s’en souvenir !

Les responsables du projet nous donnent donc les dernières recommandations avant de nous laisser prendre la route. Si, si : alors que j’imaginais que l’essai aurait lieu sur une piste d’essai, c’est bien sur route ouverte que se déroulent les quelques kilomètres de prise en main. Au milieu de la circulation. Même en l’absence de système électrique, les accélérations sont franches, et les râlements bruts qui s’envolent de l’échappement flattent l’oreille. Mais l’on évite toutefois d’abuser de l’accélérateur car le freinage et la direction non-assistée réclament une bonne dose d’anticipation et des biceps musclés au moment de négocier un virage ou d’entrer dans un rond-point.

Conclusion

Avec ses technologies ludo-pratiques et son style affirmé, l’Aircross affiche la volonté  de Citroën d’innover d’une manière plutôt alléchante. Ne reste qu’à espérer que tout cela ne soit pas trop édulcoré au moment de passer en production.

 

L’Aircross concept en quelques chiffres

Moteur : Quatre cylindres turbo, essence, 1.598cc; 218ch; 275Nm; moteur électrique 95ch; 200Nm.

Transmission : aux quatre roues.

Boîte : automatique à six rapports.

L/l/h (mm) : 4.580 / 2.100 / 1.730 

Poids à vide (kg) : NC

Volume du coffre (l) : NC

Réservoir (l) : NC

0 à 100 km/h (sec.) : 4,5.


Prix : Proto

Puissance : 313 ch

V-max : NC

Conso. mixte : 1,7 l/100km

CO2 : 39 g/km