ESSAI Volkswagen Caddy Maxi: Encore une longueur d’avance !

Volkswagen tient à ce que son Caddy conserve son titre de «best choice» sur le marché européen des ludospaces. La marque revient donc sur le devant de la scène avec une quatrième génération plus high-tech que jamais.

S’il y a bien un modèle Volkswagen qui fait la joie des familles nombreuses et des professionnels du transport, c’est assurément le Caddy, qui se décline tant en VP qu’en VU. La preuve ? La troisième génération du modèle s'est vendue à 1,5 million d'exemplaires à travers le monde en onze ans. Pas mal ! Aujourd’hui, celle-ci tire sa révérence et laisse la place à une quatrième génération. Dévoilée au Salon de Genève, en mars dernier, elle n’a pas l’ambition de révolutionner le genre. Elle lui offre juste de nouveaux équipements technologiques et de nouveaux moteurs. 

Copie quasi conforme 

L’heure n’est pas à la révolution esthétique. D’ailleurs, en découvrant la version «ludospace» du Caddy, on ne tombe pas à la renverse , le constructeur ayant conservé la ligne d’ensemble de la mouture précédente. Et force est même de constater que cette quatrième génération ne s’en distingue qu’avec une calandre calquée sur celle de la Passat, de nouvelles arrêtes sur les flancs avant et des feux arrière légèrement retouchés.

Question dimensions, cette génération ne gagne pas non plus un centimètre. Mais si elle reprend à l’identique les cotes de la mouture précédente, elle reconduit bien sûr aussi l’idée que le Caddy n’est disponible qu’en deux longueurs de carrosserie et ne propose qu’une hauteur de toit.

D’un point de vue pratique, il faut encore rappeler que le «ludospace» reçoit - de série - deux portes coulissantes et se dote d’un hayon, des détails pratiques lorsqu’il s’agit d’embarquer rapidement toute sa tribu ou de donner un coup de main lors d’un déménagement.

Habitacle de Golf

En s’installant à bord, on ressent quand même un choc visuel ! En effet, plus que jamais, le Caddy s’offre un parfum de voiture particulière. Cette impression générale, on la doit à la planche de bord redessinée qui s’inspire de celle de la Golf certes, mais aussi à la console centrale qui intègre - dès le second niveau de finition - un écran tactile. Ludospace oblige, on retrouve avec plaisir les nombreux rangements pratiques, les tablettes «aviation» dans le dos des sièges avant et la capucine au volume conséquent. Mais si cet habitacle s’offre une présentation soignée et fait la part belle à des assemblages corrects, on regrette toutefois qu’il fasse encore appel à des plastiques durs.

L’impression de se trouver dans une voiture classique, on la retrouve aussi lorsqu’on passe derrière le volant. Ce dernier tombe bien dans les mains et peut être réglé tant en hauteur qu’en profondeur. Bref, s’il ne faut guère de temps pour trouver sa position de conduite idéale, on apprécie surtout l’idée de ne pas disposer d’une position trop typée «véhicule utilitaire», autrement dit trop droite.

Beaux volumes

Evidemment, avec pareil ludospace, on s’attend à disposer d’un bel espace à l’arrière pour accueillir dans les meilleures conditions ses passagers ou disposer d’un volume utile intéressant. Avec le Caddy et la version Maxi de celui-ci, Volkswagen y parvient sans problème et offre en prime un habitacle un rien modulable. Concrètement, le Caddy dispose d’un espace de chargement dont le volume utile est de 750 litres banquette arrière (60/40) en place. Lorsque celle-ci est repliée en portefeuille, ce volume passe à 3.030 litres. Le Caddy Maxi, avec ses deux rangées arrière capables de recevoir 5 passagers, dispose d’un volume minimum de 530 litres, extensible à 3.880 litres une fois les banquettes déposées. Enfin, histoire de pouvoir disposer d’une longueur de chargement allant jusqu'à 2,8 mètres, il faut préciser que le dossier du siège passager avant peut être rabattu.

Modifications mineures... et majeures 

Nouvelle génération oblige, ce Caddy adopte bien sûr les aides à la conduite étrennées par les derniers modèles en date du constructeur. De série ou en option, le Caddy a ainsi droit au freinage d’urgence en ville, au régulateur de vitesse adaptatif, au détecteur de fatigue ou encore à la caméra de recul. Par contre, en ce qui concerne le châssis, le Caddy n’évolue guère. Il se dote toujours d’une suspension à roues indépendantes à l'avant et d’un essieu arrière doté de ressorts à lames, accompagné d'un amortissement asservi à la charge. La révolution n’aura donc lieu que lorsque Volkswagen dévoilera la cinquième génération qui devrait enfin profiter de la plateforme MQB si chère à la Golf actuelle. Patience...

Sous les capots par contre, il y a du neuf. En diesel, on ne trouve désormais plus qu’un 2.0 TDI se déclinant en quatre niveaux de puissance (75, 102, 122 et 150 chevaux). Et en essence, l’offre est constituée de quatre blocs qui développent une puissance s’échelonnant de 84 à 125 chevaux. Parmi ceux-ci, il faut signaler la présence d’un 1.4 TGI (110ch) qui carbure au gaz naturel. En fonction de leur puissance, ces moteurs s’associent à une boîte manuelle (5 ou 6 vitesses) ou à une boite à double embrayage (6 ou 7 rapports). Et, comme toujours chez VW, les plus puissants peuvent s’équiper de la transmission intégrale 4Motion.

Le juste choix

Pour cette prise en main, nous avons jeté notre dévolu sur un Caddy Maxi animé par le 2.0 TDI de 150 chevaux. Ce modèle, équipé de la transmission 4Motion et d’une boite DSG, s’est révélé idéal. Il faut dire que son moteur fournit toujours la juste puissance en fonction de la pression exercée sur la pédale de droite. Ce quatre cylindres relativement sobre (7,6l/100km en moyenne) permet au Caddy Maxi de toujours disposer d’un réserve de puissance, même s’il doit supporter une charge élevée ou tracter une remorque. Enfin, d’un point de vue dynamique, si la direction se révèle agréable et si les suspensions préservent au mieux les lombaires, le châssis ne peut faire oublier le poids des années et trahit quelques mouvements de caisse.

Conclusion

Avec son habitacle renouvelé, ses équipements high-tech et ses moteurs performants, il y a de fortes chances pour que le Caddy reste le ludospace le plus vendu en Europe. Mais il faut juste voir si vous êtes prêts à mettre la main au portefeuille, le Caddy étant toujours un rien plus cher que ses concurrents…


+

Habitacle plus moderne

Volumes intéressants

Large gamme de moteurs


-

Evolutions extérieures limitées

Plateforme vieillissante

Prix légèrement supérieurs


Le Caddy Maxi 2.0 TDI en quelques chiffres

Moteur : 4 cylindres en ligne, Diesel, 1.968cc, 150ch, 340Nm

Transmission : 4 roues motrices

Boîte : automatique à 6 rapports

L/l/h (mm) : 4.876 / 1.794 / 1.861

Volume utile (l) : de 530 à 3.880 

Réservoir (l) : 60

0 à 100km/h (sec.) : 10,3

Prix : 26.720 € TVAC

Puissance : 150 ch

V-max : 194 km/h

Conso. mixte : 6,1 l/100km

CO2 : 132 g/km