Marché auto

La fin de la voiture de sport est-elle proche ?

Les voitures de sport sont de plus en plus puissantes et rapides, alors que leur choix reste relativement large. Toutefois, il semble que nous approchions de la fin d’une époque, du moins en Europe, car en plus du nombre croissant de radars tronçons, les limiteurs de vitesse deviennent obligatoires dans les nouveaux véhicules. Les voitures de sport ont-elles encore une raison d’être ?

Écrit par Joris Bosseloo | 29/05/2022

Les voitures de sport ont toujours eu quelque chose de « romantique ». Elles sont le symbole ultime de la liberté (encore plus qu’une voiture ordinaire), elles reflètent le caractère du conducteur (du moins il paraît), etc. Mais les temps changent et nous sommes actuellement dans une véritable course pour changer la mobilité. Les voitures sont de plus en plus respectueuses de l’environnement, l’énergie est à des prix stratosphériques et les amendes pour excès de vitesse sont de plus en plus élevées (ce qui va de pair avec une probabilité beaucoup plus grande de se faire prendre).

Cependant, des marques comme Ferrari, Porsche et Lamborghini font plus de bénéfices que jamais, ce qui prouve que les voitures de sport sont toujours rentables, voire même plus qu’avant. Mais les gens achèteront-ils encore une telle voiture, généralement peu pratique et souvent chère, s’ils n’ont même pas la possibilité de dévorer l’asphalte à une vitesse folle ? Probablement, mais nous y reviendrons dans un instant.

Publicité

D’abord ceci…

Nous venons d’évoquer les grandes marques coûteuses, mais il existe aussi, bien sûr, des voitures de sport abordables. La gamme de ces produits se réduit sensiblement, mais cela ne signifie pas qu’il n’y a plus rien de bon. Il suffit de penser à la Mazda MX-5, un roadster connu pour donner à son conducteur beaucoup de plaisir sans enfreindre le code de la route. La Miata n’est pas prête de disparaître des rues, ne serait-ce que parce que sa communauté de fans est considérable.

Mais qu’en est-il des modèles plus puissants ?

Mustang Mach 1

L’avenir de ces derniers est de plus en plus incertain. Les grandes marques ont déjà commencé à les éliminer progressivement en Europe – des modèles tels que la Nissan Z et la prochaine GT-R ne seront pas repris ici et la Ford Mustang n’est disponible qu’en version V8, presque inabordable, pour des raisons d’image – de sorte qu’à terme, seules les marques dites « premium » (Ferrari, Porsche, Lamborghini…) disposeront d’une gamme de voitures de sport. Leurs chiffres de vente sont donc meilleurs que jamais, mais combien de temps cela va-t-il durer ? Lorsque le permis à points et le limiteur de vitesse obligatoire feront leur apparition (et ils le feront), qui sera prêt à payer au moins 100.000 euros pour une voiture qui ne pourra presque jamais réaliser son potentiel ?

Que les riches…

Porsche Driving Experience

Deux groupes cibles devront maintenir en vie le segment des voitures de sport : les collectionneurs et les amateurs de sport automobile. Les premiers veulent posséder autant de voitures que possible (tant qu’ils le peuvent encore), les seconds veulent maintenir leur niveau d’adrénaline (tant que c’est encore possible).

Dans les deux cas, il s’agit de personnes aux poches profondes, car la constitution d’une collection de voitures (ainsi que la gestion et l’entretien !) et la conduite de son propre véhicule à quatre roues sur la piste (lors d’une journée sur circuit, par exemple) coûtent beaucoup d’argent. Les grandes marques réfléchissent à cette question depuis un certain temps déjà. Les fans connaissent déjà le Porsche Driving Experience et Ferrari vend des voitures qui ne sont même pas autorisées sur les routes publiques (comme la FXX, par exemple).

En bref, le marché des voitures de sport s’oriente vers la vente d’expériences et d’exclusivité (une baisse de production mais des prix plus élevés) et il n’y aura pratiquement plus de demande (ni d’offre) pour les modèles de coupés et de cabriolets abordables qui étaient autrefois si populaires auprès des jeunes et des conducteurs « sportifs » de la classe moyenne. Ils auront de la chance s’ils peuvent s’offrir une voiture… ou devront déménager dans une autre partie du monde.

Partager l’article

En savoir plus sur

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

D’autres ont également regardé