L’Amérique latine ainsi que l’Amérique du Nord voient ainsi leurs notes dégradées à « risque élevé ». La quasi-totalité des pays d’Europe de l’Ouest s’en sort mieux avec un « risque moyen », mais c’est tout de même une dégradation par rapport aux années précédentes. Comment cela s’explique-t-il ?

Le chef économiste Julien Marcilly, a expliqué lors du colloque annuel de la Coface sur les « risques pays » : “Pour la première fois depuis la crise des (dettes) souveraines en 2011-2012, les entreprises devront cette année faire face à deux écueils en même temps : le ralentissement cyclique et les risques politiques”. Selon Coface, le nombre de défaillances d’entreprises devrait ainsi augmenter dans 20 pays européens sur les 26 analysés.