1. Traverser un champ sans casser d’œufs

Lors de son lancement, le 2CV était principalement destinée aux zones rurales et aux agriculteurs, aux revenus limités. La simplicité était donc obligatoire pour réduire les coûts d’achat et d’usage au maximum. Et le cahier des charges précisait que l’auto devait « être capable de travers un champ en transportant un panier d’œufs sans en casser un seul ». Défi relevé grâce à une suspension toujours acclamée aujourd’hui pour son moelleux.

2. Il est impossible de retourner une 2CV (en marche avant)

D’ailleurs, cette suspension dodelinante de la 2CV prête toujours à sourire tant la voiture semble prête à se retrouver « les quatre fers en l’air » à chaque virage attaqué un peu trop rapidement. Pourtant, il est impossible de retourner une 2CV en marche avant. Vous ne nous croyez pas ? La preuve en vidéo ci-dessous.

3. Elle a lancé la mode des séries limitées

La 2CV Spot, reconnaissable à sa teinte bicolore blanche et orange est réputée être la première série limitée européenne ! Un titre toutefois contesté par la Simca 1000 « Extra » lancée au même moment, au printemps 1976. Quoi qu’il en soit, la Spot ne sera produite qu’à 1.800 exemplaires, et fera apparaitre le principe de la série limité au grand public.

4. Certains modèles avaient deux moteurs

Oui, oui, vous avez bien lu ! Entre 1961 et 1967, Citroën commercialisait la 2CV Sahara, une version 4×4 équipée de deux moteurs : l’un à l’avant pour entraîner l’essieu avant, l’autre, dans « le coffre » pour entrainer l’essieu arrière. Chaque moteur était totalement indépendant, permettant de n’en utiliser qu’un des deux lorsque le parcours le permettait. Chacun disposait en outre de propre boite de vitesses et de son propre réservoir de 15 litres placé… sous les sièges avant.

5. Il en existe des dizaines de dérivés à travers le monde

La simplicité de la 2CV en faisait la base parfaite pour se plier à une multitude d’usages. Elle servira d’ailleurs à de très nombreux modèles, parmi lesquels la logique déclinaison « camionnette », la célèbre Mehari, mais aussi la Dyane ou encore l’Ami 6. Et puis, de très nombreux artisans ont utilisé sa plateforme pour produire des véhicules tantôt pratiques, tantôt « sportifs », voire parfois juste délirants. Quelques exemples ? Burton, LePatron, Barbot, VanClee, Manx, Tangara…