Pour la police suédoise, ces attaques simultanées sont très probablement le résultat d’une organisation entièrement gérée via les réseaux sociaux… Elles étaient donc quasiment impossibles à détecter,  même si le premier ministre suédois a indiqué avoir renforcé les sanctions et le dispositif policier contre le vandalisme.

Des suspects toujours en fuite

Alors que la police n’a pour le moment interpellé que 3 suspects (3 hommes âgés de 16 à 21 ans), le reste de la bande semble toujours courir, des témoins ayant aperçu plus d’une vingtaine d’individus cagoulés au moment des attaques !