Il s’agit d’un des résultats les plus faibles depuis le début de l’enregistrement des statistiques bruxelloises en 2004, selon la secrétaire d’Etat bruxelloise en charge de la Sécurité routière, Bianca Debaets (CD&V). C’est dans la lignée du résultat de l’an dernier (2%). Cela représente aussi une baisse de 50% par rapport à 2014 (3,3%).

Mme Debaets y voit la conséquence lente mais sûre de la forte sensibilisation menée. Selon elle, les efforts de la Région et des services de police seront poursuivis.

La secrétaire d’Etat bruxelloise a rappelé que malgré la régionalisation de la sécurité routière, elle avait été la première à plaider pour le maintien du concept Bob à l’échelle nationale.

Bianca Debaets estime par ailleurs essentiel que le message Bob ne se limite pas qu’aux mois d’hiver. La Région continuera par conséquent à mener aussi une campagne Bob pendant l’été.

Au total, 29.058 contrôles (pré-tests négatifs et tests d’haleine) ont donc été menés durant cette campagne Bob hiver 2018-2019, qui s’est achevée lundi dernier, à Bruxelles. Les pré-tests ne nécessitent que quelques secondes pour savoir si un conducteur a bu ou non et, dans l’affirmative, il est alors d’office procédé à un test d’haleine (éthylotest) pour mesurer le niveau exact d’alcoolémie.

Au total, 631 automobilistes se sont révélés positifs et, parmi eux, 140 ont écopé d’un retrait de permis de conduire. Sans surprise, c’est principalement pendant les nuits du week-end qu’on enregistre le plus haut pourcentage de contrôles positifs.

En Région bruxelloise, plus de 40% des contrôles sont effectués pendant les week-ends. Ce sera encore le cas lors des prochaines campagnes. Les pré-tests plus rapides à opérer que les tests d’haleine, seront par ailleurs intensifiés, a encore dit Mme Debaets.