Souvenez-vous, en octobre dernier, le constructeur chinois Thunder Power annonçait la reprise du site Caterpillar avec la promesse d’y produire la Chloé, une citadine électrique. Un projet pour lequel la Sogepa, branche financière de la Région wallonne, annonçait débloquer quelque 150 millions d’euros.

L’accord prévoyait de laisser la production de la Chloé débuter en Chine, aux côtés de la berline déjà produite par Thunder Power, afin de tester les réactions du marché. Toutefois, suite aux nouvelles règlementations entrées en vigueur dans l’Empire du Milieu, le projet de citadine a pris six mois de retard. Le constructeur souhaiterait donc désormais lancer la production de la Chloé en Belgique et en Chine simultanément, soit dès 2020. Une proposition en ce sens sera discutée à la Sogepa ce vendredi.

Cette solution est à double tranchant. D’un côté elle permettrait de ne pas se laisser distancer par les autres constructeurs, et d’arriver juste avant la déferlante de citadines électriques promises dès l’été 2020. D’un autre côté, cela prive la Région d’un test « grandeur nature » pour assurer ses 50 premiers millions d’investissements.

Notons tout de même que le projet initial de la Chloé a déjà été profondément revu. De deux places lors de sa présentation, l’auto en compte désormais quatre afin de mieux répondre aux désidératas des européens. En outre, l’adaptation aux normes de l’Union a un coût, qui sera répercuté sur le modèle final. Le prix de vente désormais évoqué est de 20.000€, bien loin des 14.000€ initialement annoncés.

A ce tarif, on ne donne pas cher de la peau de la petite Chinoise face à des Renault Zoé, Skoda e-Citigo et même Peugeot e-208 et Opel Corsa-e annoncées pour les prochains mois.