Sécurité routière

Pourquoi les routes wallonnes sont plus dangereuses que les flamandes

Selon Stabel, les routes wallonnes auraient tué davantage qu’au nord du pays si on ramène le nombre de décès au nombre d’habitants. Une différence qui n’est pas neuve, mais qui a tendance à s’amenuiser. Il n’empêche, les routes wallonnes restent plus dangereuses. Et cela s’explique.

Écrit par David Leclercq | 21/06/2022

Chaque année, l’Institut national des statistiques, Statbel, fait ses comptes pour la sécurité routière. L’organisme relève que la Wallonie a comptabilisé 198 tués sur ses routes en 2021 contre 310 en Flandre. Rapporté au nombre d’habitants dans chacune des régions, les routes wallonnes tuent donc davantage : 54,06 tués par million d’habitants contre 46,27 en Flandre.

Ce déséquilibre n’est pas nouveau, rappelle Statbel, mais il a heureusement tendance à s’amenuiser puisqu’il faut se souvenir qu’en 2019, on comptabilisait 84 décès par million d’habitants au sud du pays contre seulement 47 en Flandre. Cela dit, n’oublions pas que 2021 a à nouveau été une année Covid avec quelques demi-confinements et, surtout, une fermeture générale des restaurants et du monde de la nuit pendant de nombreux mois. Ce qui peut aussi expliquer l’écart.

Publicité

Plus d’accidents aussi

Stabel met en exergue la plus grande dangerosité des routes wallonnes comparativement à la Flandre. Pourquoi ?

Statbel précise en outre que la plus grande dangerosité des routes wallonnes est confirmée par le taux de mortalité par accident. En effet, En Wallonie, un accident sur 52 se termine par un décès alors qu’en Flandre, ce taux est d’un accident sur 72.

Il y a évidemment plusieurs explications à ces différences. En effet, selon Statbel, l’aménagement du territoire serait déterminant. En l’occurrence, la Flandre serait devenue une grande agglomération en raison d’une densité de population presque deux fois plus élevée. Cette configuration implique qu’il existe moins de routes propices à la pratique de la vitesse qui est naturellement un facteur supplémentaire de risque de décès ou d’accident, tout simplement. La Wallonie possède donc plus de zones inhabitées – ou à tout le moins où les habitats sont plus éloignés – ce qui pousse les conducteurs à rouler plus vite.

Les limitations de vitesse en cause

Stabel met en exergue la plus grande dangerosité des routes wallonnes comparativement à la Flandre. Pourquoi ?

Pour Statbel – appuyé par VIAS –, la différence entre les limitations de vitesse ne serait pas non plus étrangère aux différences relevées entre les deux régions. En effet, depuis 2016, la Flandre a opté pour une limitation de 70 km/h sur les routes qui ne sont pas situées en agglomérations alors que la Wallonie a maintenu une limite à 90 km/h. Or, c’est justement en dehors des agglomérations que se produisent 20% des accidents en Wallonie alors qu’en Flandre cette part n’est que de 4%.

Enfin, il ne faut pas perdre de vue non plus l’impact du volet répressif : la Flandre compte aussi nettement plus de radars automatiques et/ou tronçons que la Wallonie tandis que, toujours selon Stabel, le conducteur wallon aurait davantage tendance à reprendre le volant après avoir consommé de l’alcool.

Cela signifie-t-il que tout est mieux en Flandre ? Pas tout à fait, car la baisse du nombre d’accidents en Flandre a stagné en 2021, car on dénombre une hausse importante des accidents impliquant des vélos. Statbel en a recensé 9.000 l’an dernier (avec 76 décès) contre « seulement » 1.000 en Wallonie (10 tués). Pour Statbel, c’est aussi le fait de la généralisation des vélos électriques plus rapides et qui font forcément plus de dégâts.

Partager l’article

En savoir plus sur

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

D’autres ont également regardé

Des véhicules pour vous

Voitures