Acheter une voiture neuve

Voiture neuve : toujours un an d’attente au moins !

Le marché des voitures neuves continue d’être chahuté par des délais de livraison fluctuants et souvent beaucoup plus longs qu’annoncé. Il faut aujourd’hui en moyenne compter un an avant de se voir livrer sa commande.

David Leclercq David Leclercq | Publié le 10/09/2022 | Temps de lecture : 4 min

On pensait que les ruptures dans les chaînes d’approvisionnement se tasseraient progressivement, malgré la guerre en Ukraine. Car, souvent, de nouvelles filières sont organisées pour pallier les déficiences de celles qui sont affectées par des perturbations. Manifestement, on n’est pas encore sorti de l’auberge, car, en automobile par exemple, nombreux sont les clients qui voient les délais de livraison s’allonger au fil des mois.

Plusieurs personnes ont récemment témoigné pour faire part du report de la livraison de leur automobile. Parmi les exemples rapportés, une voiture assez classique (Volkswagen Passat) commandée en novembre de l’an dernier et dont l’arrivée était prévue pour juin 2022 a été postposée à août et maintenant à décembre. Soit 13 mois d’attente et encore, si tout va bien.

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Selon le modèle

Bien évidemment, certains modèles restent plus affectés que d’autres en raison par exemple de certains équipements plus spécifiques. Dans le même ordre d’idée, le choix de l’une ou l’autre option sur le bon de commande peut aussi avoir des répercussions sur le délai de livraison. Avant de passer commande, il est donc recommandé de s’informer auprès du concessionnaire, car certains modèles sont disponibles plus rapidement. Certaines marques parlent d’un délai de « seulement » 4 mois, mais qu’il convient de relativiser, car aucune marque n’est aujourd’hui à l’abri d’un problème logistique pour ses pièces.

Pénurie Semi-conducteurs

En réalité, les délais de livraison à rallonge sont le résultat de la combinaison de 3 facteurs : la Covid-19 qui entraîne toujours des fermetures en Chine (et ça recommence aujourd’hui avec 65 millions de Chinois à nouveau confinés, dont les 21 millions d’habitants de Chengdu, une ville presque intégralement dédiée à l’industrie automobile), les pénuries de semi-conducteurs et, enfin, la guerre en Ukraine. Or, le défaut d’une seule pièce peut empêcher la finalisation d’une automobile sur une chaîne de production et bloquer ainsi tout un processus.

Les électriques très prisées

Dans ce contexte, les voitures électriques sont particulièrement difficiles à acquérir, et ce en raison d’un paramètre supplémentaire : la hausse soutenue de la demande générée par les ambitions de nombreux gouvernements d’embrasser le virage de la transition énergétique et donc de la voiture à batterie. Il faut en général compter un an de délai.

Voiture neuve : toujours un an d’attente au moins !

Dans ce cas de figure, la disponibilité (ou la livraison) d’une voiture électrique est aussi étroitement liée à la technologie mise en œuvre pour sa batterie. En effet, certains minerais utilisés dans certains packs sont plus disponibles sur le marché que d’autres, ce qui entraîne évidemment un délai pour le client final.

Pour prévenir de ces situations inconfortables, les constructeurs tentent toutefois de trouver des solutions. Par exemple en constituant tant que faire se peut le plus grand stock possible ou alors en proposant au client une voiture de remplacement de long terme en attendant l’arrivée du modèle souhaité.

Quoi qu’il en soit, l’attente n’est en soi pas une mauvaise chose, car dans le contexte actuel d’inflation galopante, une voiture commandée aujourd’hui vaudra bien plus dans un an, mais sans que cela ne coûte plus au client puisque c’est le prix fixé sur le bon de commande qui compte.

Quel recours ?

Légalement, livrer à temps une voiture est une obligation du vendeur. Ce qui signifie donc que la date ultime de livraison doit figurer sur le contrat de vente tel que défini par l’Arrêté royal du 5 avril 2019. 

Semi-conducteurs : les clients refusent les voitures moins équipées

Dans le cas où le vendeur ne peut pas livrer la voiture dans les temps, le client a le droit de résilier son contrat si et seulement si la date de livraison est reprise comme une condition « essentielle » sur la commande. Si cela n’est pas précisé, le vendeur est alors en mesure de proposer une nouvelle date. Si d’aventure la deuxième date n’était pas respectée, alors le client a le droit plein et entier d’annuler la vente.

En théorie, aucun dommage ou intérêt n’est dû, sauf pour l’acheteur qui pourrait pointer du doigt l’absence de cas de force majeur – des circonstances « imprévisibles et exceptionnelles » – dans le chef du vendeur. L’acompte devra quoi qu’il en soit être restitué à l’acheteur.

Partager l’article


Dernières infos

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Gocar c'est aussi plus de 30.000 véhicules de stock !

Découvrez toutes les actualités

Articles liés au même sujet

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

Des véhicules pour vous

Voitures

A la une

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Publicité