ESSAI Skoda Superb: Tout simplement…

La Superb est un produit très important pour Skoda. Et croyez-nous, pour cette troisième génération, la marque a mis les petits plats dans les grands. On vous explique...

Que cela plaise ou non aux représentants de Skoda, il sera très compliqué, ici, de ne pas faire allusion à la nouvelle VW Passat. Certes, contrairement aux Allemands, les Tchèques ne parlent pas de produit premium. Mais tout de même, les points communs sont multiples. A commencer par la plate-forme MQB, partagée par les deux autos. Ainsi, comme sa cousine, la Superb gagne 8 cm en empattement, tout en perdant jusqu'à 75 kg par rapport à celle qu'elle remplace.

De nombreux atouts

Naturellement, cela paie cash à l'intérieur. L'espace est tout simplement... royal ! A l'avant, la largeur aux coudes augmente de 39 mm. A l'arrière, cela monte de 69 mm ! L'espace aux jambes est aussi irréprochable. Confort, quand tu nous tiens... Mais les passagers arrière se situent assez près du train roulant. Du coup, si Skoda devait encore travailler sur un point, ce serait sur l'insonorisation aux roulements, surtout audibles à l'arrière. Par contre, côté pratique, la marque fait honneur à son credo «Simply clever». Le coffre, à ouverture électrique, est tout simplement gigantesque : 625 litres et jusqu'à 1.760 sièges rabattus ! Puis, selon les options retenues, l'occupant arrière pourra régler la position du siège passager avant (rabattable !), pour être encore plus à l'aise. Utile ? A moins de transporter un basketteur,  pas vraiment nécessaire en fait. Ce qui l'est davantage avec la météo belge, ce sont les parapluies logés dans les portières avant, genre Rolls-Royce ! Lors de la présentation pluvieuse à Florence, nous avons testé et approuvé le concept. De même pour le porte-gobelet avant qui, grâce à la forme de son support, permet d'ouvrir une bouteille d'une seule main. Au total, Skoda énonce 29 astuces qui aident au quotidien.

Le souci du détail

Parfois, habitabilité et design ne font pas bon ménage. Mais ici aussi, la tchèque marque le coup ! Le concept Vision C dont elle est issue, était particulièrement réussi. Puis, lorsque les premières images de la Superb sont apparues sur la toile, j'avoue avoir été un peu déçu. Mais une fois la Superb rencontrée, le plaisir des yeux m'est revenu. En fait, tout est dans le détail. Les formes privilégiées sont triangulaires et lui vont plutôt bien. Skoda les assume, notamment, au niveau des optiques avant et arrière, des poignées de portes intérieures et du montant C qui lui donne un look dynamique. En Italie, nous avons même surpris plusieurs passants jetant leur regard sur notre véhicule d'essai. De bon augure, donc.

Des partitions culottées

A nouveau, question motorisations, les similitudes entre Superb et Passat sont notoires. Mais les ingénieurs tchèques ont donné priorité à la consommation plutôt qu'au plaisir de conduite. Adieu V6 3.6 FSI. Bonjour 2.0 TSI qui le remplace. Finalement, un mal pour un bien : 280 chevaux (20 de plus que l'ancien V6) et 24% de conso en moins. A côté de cela, il y a en entrée de gamme un 1.4 TSI. Pour une berline qui s'approche des 5 mètres de long, c'est plutôt culotté ! Bienvenue à l'heure du downsizing. Forcément, on a eu envie de tester. En version 125 chevaux, la souplesse n'est évidemment pas son fort. Il est assez creux à bas régime, souffre en côte et est difficilement envisageable pour les gros rouleurs. Cependant, il a le mérite d'être assez onctueux et satisfera pleinement des utilisations citadines. Avec 30 chevaux de plus, ce 1.4 semble déjà plus polyvalent. Accompagné de l'Active Cylinder Technology, qui coupe les cylindres 2 et 3 selon les conditions, la conso s'avère plutôt correcte. Un 1.8 TSI complète la gamme essence. Côté diesel, l'offre se compose de 1.6 et 2.0 TDI. Nous avons pris le volant d'un 2.0 TDI de 150 chevaux en 4 roues motrices. Il faut attendre 1.800 tr/min. avant de se mettre quelque chose sous la dent. A cet instant, le turbo commence à faire son boulot. Quand on le sait, on ne descend jamais en dessous de 2.000 tr/min.
Les moteurs testés restent en tout cas cohérents avec la philosophie de la Superb, qui incite à une conduite décontractée, sans se laisser emmener trop bas dans les tours. Pourtant, la berline est agréable à conduire grâce à son poids contenu (sauf en 4x4) proportionnellement à l'espace proposé. Par ailleurs, ce nouveau modèle est le premier de la marque à bénéficier du contrôle adaptatif du châssis (DCC) en option. Les réglages d'amortissement et de direction normaux ainsi que la maîtrise des mouvements de caisse sont tellement justes que, finalement, l'option est superficielle.

Conclusion

Les petits plats dans les grands on vous disait... Skoda a même créé une symphonie à l'image de sa nouvelle Superb. Ajoutez à cela sa praticité, un espace de limousine à bord, ainsi que des lignes gracieuses, originales, et vous obtiendrez un produit qui suscite des émotions. C'est quasiment un sans faute. Futur best-seller !? Seule la fixation des prix permettra de le dire...


+

Attention apportée aux détails esthétiques

Espace royal

Comportement serein

Aspects pratiques

Technologie embarquée

 

-

Bruits de roulements à l'arrière

Poids conséquent en 4x4 (+ 110 kg)

La Superb 2.0 TDI 150 4x4 en quelques chiffres

Moteur : 4 cylindres en ligne à injection directe turbo diesel; 1.968cc; 150ch de 3.500 à 4.000 tr/min; 340 Nm de 1.750 à 3.000 tr/min

Transmission : aux quatre roues

Boite : manuelle 6 rapports

L/l/h (mm) : 4.861/1.864/1.468

Poids à vide (kg) : 1.605

Volume du coffre (l) : 625 (1.760 sièges rabattus)

Réservoir (l) : 60

0 à 100 km/h (sec.) : 9


Prix : NC

Puissance : 150 ch

V-max : 215 km/h

Conso. mixte : 4,4 l/100km

CO2 : 116 g/km

Photos et Legendes

IntérieurSuperb.jpg : Même si ce n'est pas encore tout à fait parfait, les matériaux et la présentation sont en belle progression.

CoffreSuperb.jpg + Su_tech_010_Virtual_pedal.jpg  : Comme l'espace à bord, le volume du coffre est une référence et peut s'accompagner d'une ouverture au pied en option.