Nous parlons ici plus particulièrement des bouchons qui se déroulent sur les autoroutes. Évidemment, les villes connaissent leurs lots d’embouteillages, mais l’infrastructure – carrefours, feux tricolores, etc. – complique la compréhension de leur formation.

Sur une autoroute par contre, la modélisation devient plus simple – quoique ! – et de nombreux scientifiques se sont penchés sur la question.

Une histoire de capacité d’absorption

Une image vaut mieux qu’un discours: pour comprendre la saturation d’une autoroute, rien de mieux que d’imaginer un robinet qui coule dans un évier…
Si l’évacuation de l’eau est supérieure au débit du robinet, la vasque ne débordera pas. Sur la route, c’est pareil !

Si une autoroute est capable de digérer – théoriquement – 2 000 véhicules à l’heure, tout excédent provoquera un ralentissement. Mais ce n’est que le début de l’explication, car le maillon faible, c’est l’automobiliste. Il va jouer un rôle prépondérant: coup de frein, vitesses différentes, distances aléatoires entre véhicules, autant d’éléments qui précipiteront le ralentissement.
Sans parler des obstacles, travaux, accidents, objets sur la voie qui seront les autres grains de sable compliquant la vie de l’automobiliste.

Créez, vous-même, “votre” bouchon

Les recherches à ce propos sont nombreuses. Leur but est évidemment de mieux apprécier comment ces bouchons se forment et, par-là, comment les réduire. Parmi les scientifiques qui se sont penchés sur la question, un Allemand, Martin Treiber de l’Université de Dresde a conçu un “simulateur de bouchons”. Le plus amusant c’est que cette application est en ligne et que vous pouvez vous amuser à modifier les différents facteurs créant l’embouteillage !

Voies d’accès et sorties de l’autoroute, travaux, incidents divers, il suffit de déplacer les petits logos sur les voies. La piste initiale est un demi-cercle, mais vous pouvez créer d’autres virages, un “S”, etc.

Vous pouvez aussi modifier la vitesse des différents véhicules, la vitesse autorisée, la distance entre eux… Grâce à cela, il ne vous faudra que quelques secondes pour comprendre comment un bouchon se forme aussi rapidement sur une autoroute.

Limiter les bouchons sur l’autoroute

Au-delà de la capacité maximale d’une autoroute, un bouchon se formera inévitablement. Mais, en dehors de ce phénomène, des travaux ou d’un accident, ceux qui peuvent réduire le risque de bouchons, ce sont bien les automobilistes ! Comment faire ?

  • Évitez les freinages brusques, ils accentuent l’effet de “vague” derrière vous.
  • Dans le même ordre d’idée, n’accélérez pas de manière impulsive, tentez de garder une vitesse moyenne proche de celle de la file dans laquelle vous êtes.
  • Respecter les distances entre véhicules. Un jour, la voiture autonome sera capable de gérer cela au centimètre près, même à 120 km/h ! En attendant, veillez à suivre le rythme du trafic, ni plus ni moins vite.
  • Ne changez pas de file constamment ! Des études ont démontré que cela ne servait à rien: pas de gain de temps et un risque d’accrochage qui viendrait perturber un peu plus le flux des véhicules.
  • Respectez la nouvelle règle dite de la “tirette” qui, dans les sections en travaux et/ou rétrécissements, permet de gagner de précieuses secondes.

Limiter les bouchons en ville

Rappelons ici quelques conseils pour limiter ces mêmes nuisances en ville. Une vidéo sur le trafic en ville a été créée aux États-Unis et montre un tas de situations qui entraînent – ou pas – la formation d’un embouteillage. Parmi celles-ci :

  • Restez attentif lorsque le feu passe au vert, suivez le flot en évitant de bloquer la file derrière vous.
  • Comme sur l’autoroute, évitez les freinages et accélérations brusques, le maître-mot est “fluidité” !
  • Ne vous engagez pas dans un carrefour encombré, même si le feu est vert pour vous.
  • Ne stationnez pas en double file, c’est un phénomène grand pourvoyeur de bouchons

Et puis, bien sûr, pour rester au courant de tous les embarras de circulation, consultez les infos fournies par Touring Mobilis.