Les constructeurs automobiles, employant des milliers de personnes, ont lancé des avertissements sévères concernant un exode du Royaume-Uni en cas de Brexit sans accord ; un signe très clair de la panique qui se propage actuellement dans ce secteur dont dépendent 850.000 emplois outre-Manche.

Si Mini venait à cesser la fabrication de voitures dans l’usine de Cowley, cela mettrait fin à 100 ans de construction automobile (depuis la Morris Bullnose en 1913) avec 4.500 emplois en péril.

Toyota, Bentley et le groupe français PSA, propriétaire de Vauxhall, se sont aussi joints au constructeur automobile allemand pour attirer l’attention des décideurs politiques sur les conséquences désastreuses d’une sortie incontrôlée de l’Union européenne.