Mobilité

Les Flamands sont plus flashés que les Wallons

Lorsque les flashs crépitent, c’est plus souvent en Flandre qu’en Wallonie. Sept flashs sur dix s’allumeraient au nord du pays. Pourquoi ?

Écrit par David Leclercq | 03/01/2022

Les Flamands sont plus flashés que les Wallons. Il ne s’agit pas d’une nouvelle guerre communautaire, mais des chiffres communiqués par le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open VLD) à une députée et qui couvrent l’an dernier (2020). On peut y lire que les radars ont fonctionné 7 fois sur 10 dans le nord du pays, ce qui représente 2,8 millions de PV sur un total d’environ 4 millions d’excès de vitesse.

On pourrait se dire que, proportionnellement à la population, c’est logique. Et bien même pas. Car les Flamands représentent 58 % de la population belge contre 31,5% de Wallons et 10,5% de Bruxellois. En outre, le nombre de radars fédéraux est aujourd’hui relativement identique au nord et au sud du pays rappelle le journal De Standaard : 31 radars fixes et 17 radars mobiles opérationnels en Flandre, 30 et 18 en Wallonie.

Autre facteur d’explication

Cette situation reflète-t-elle le fait que les conducteurs flamands sont plus imprudents ? Pas du tout. Car il y a un facteur très important qui pèse dans la balance : la marge de tolérance. En théorie, la loi prévoit une marge d’erreur « technique » de 6%, soit 6 km/h à 100 km/h. Mais cette marge est en réalité très variable d’un parquet à l’autre et elle est aussi plus vague au sud du pays. Les chiffres du premier semestre 2021 confirment d’ailleurs cette réalité : il y a eu 734.953 excès de vitesse de moins de 10 km/h en Belgique, dont plus de 350.000 en Flandre et seulement 72.420 en Wallonie.

Le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne souhaite abolir cette dispersion dans la tolérance. Notamment en créant un parquet fédéral routier. Cette structure devrait lisser ces marges de tolérance et mettre tout le monde sur un même pied. Car on constate aussi que les gros excès de vitesse ont plus souvent lieu au sud du pays. Et que c’est donc en Wallonie qu’il y a les plus grosses amendes. Et là aussi, il y a un décalage que le parquet fédéral pourra combler : 91% des Flamands règlent leurs amendes via une perception immédiate alors qu’ils ne sont que 84% en Wallonie et même 81% à Bruxelles. Les Wallons et les Bruxellois refusent donc plus souvent la première transaction et choisissent donc de s’exposer à une amende encore plus salée au tribunal. Dès 2022, la mise sur pied d’égalité aura lieu. Avec la création du parquet fédéral routier d’une part, et, d’autre part, avec la multiplication des radars-tronçons partout sur le territoire et auxquels il ne sera plus possible d’échapper.

Partager l’article

En savoir plus sur

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

D’autres ont également regardé

Des véhicules pour vous

Voitures