Mobilité

LEZ à Bruxelles annoncé bien trop tard : “Nous voulons seulement un air plus pur”

Écrit par Joris Bosseloo | 13/12/2019

Lors de l’émission « De Inspecteur » sur Radio 2, la ministre bruxelloise de la Mobilité, des Travaux publics et de la Sécurité routière, Elke Van den Brandt (Groen), a reçu des plaintes concernant la zone à faibles émissions (ZLE) de notre capitale, annoncée bien trop tard. Elle a confirmé elle-même le problème, et la cause serait liée à notre structure étatique complexe. Soyons clairs : il s’agit de l’installation de quelques panneaux de signalisation…

Après que Tim B. d’Ottenbourg ait été “pris” sur l’E40 dans une vieille voiture diesel qui ne répondait pas aux normes bruxelloises LEZ (Euro 2), il s’est vu infliger une amende de 350 euros. Il a été surpris sur l’autoroute près d’Evere, là où il n’y a pas de possibilité de faire demi-tour. En d’autres termes, celui qui ne sait pas qu’il y a une zone à faibles émissions à Bruxelles ou là où elle commence, sera probablement pris ! Cela concerne donc surtout les conducteurs étrangers (n’utilisant pas Waze).

Le gouvernement bruxellois reconnaît donc le problème et veut pouvoir “informer les conducteurs à temps”, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Surtout maintenant que les règles sont plus strictes, car à partir de janvier 2020, les voitures Euro3 seront également interdites à Bruxelles. Elke Van den Brandt a annoncé que si vous êtes surpris le mois prochain à Bruxelles avec un diesel Euro 3, vous recevrez un avertissement avec des informations sur le renforcement des règles. “Nous ne voulons pas collecter un maximum d’amendes, nous voulons juste un air plus pur”.

Source : VRT NWS / Image © Belga

Mots-clés

Retrouvez les mots-clés liés à cet article

Nos partenaires