Ainsi, entre 2017 et 2018, le nombre d’heures où la longueur totale des embouteillages sur le territoire belge est supérieure à 300 kilomètres est passé de 24,2 à 46,6 heures. Une différence encore plus marquée si l’on considère un total d’embouteillages de 350 ou 400 kilomètres.

Selon les propos de Lorenzo Stefani, porte-parole de Touring, relayés par la RTBF : “Les moments où le trafic connaît plus de 100 kilomètres de bouchons sur le réseau belge sont devenus plus fréquents. Et, contrairement à 2017, l’augmentation est frappante, surtout en journée durant les heures creuses.”