C’est une traction !

Et oui, toutes les bonnes choses ont une fin ! Dernière propulsion dans son segment, la Série 1 cède aux sirènes de la traction, après la Série 2 Active Tourer, le X1 et le X2. Explication : pour des raisons de coûts, elle partage sa plateforme avec la Mini. Il n’y a pas de petites économies…

118i

Elle est plus spacieuse

Quand on voit le peu d’espace aux jambes dont bénéficient les passagers arrière du modèle actuel, ce n’est pas du luxe ! Grâce à la traction, la Série 1 gagne un peu d’habitabilité, bien qu’elle soit légèrement plus courte que l’ancienne. De là à la présenter comme une familiale spacieuse, il y a un pas que nous ne ferons pas.

1 reeks

En 5 portes uniquement

Devenue très marginale au niveau des ventes, la version 3 portes de la Série 1 passe à la trappe. Désormais, seule subsiste la déclinaison 5 portes.

Hey BMW

À l’instar de sa grande concurrente, la Mercedes Classe A, la BMW Série 1 s’offre un assistant personnel électronique qui s’active dès que l’on prononce « Hey BMW ». Là-dessus, on peut regretter le manque d’originalité de la firme bavaroise.

BMW

En 4 roues motrices également

Dans sa version de pointe M135i, forte de 306 ch et désormais équipée d’un 4 cylindres turbo disposé transversalement, la Série 1 n’est disponible qu’en version à 4 roues motrices xDrive. Ce système devrait également être proposé ultérieurement avec d’autres motorisations.

135i