Concrètement, cette voiture accueille deux passagers. En s’y installant, ceux-ci découvrent avec surprise que ce véhicule électrique se passe de volant, de pédale d’accélérateur et de pédale de frein. Le géant américain se veut rassurant : «  Nos voitures n’en ont pas besoin. Car, nos logiciels et nos capteurs feront tout le travail ». S’ils le disent…

Néanmoins, dans les mois à venir, Google prévoit d'effectuer des tests avec des conducteurs disposant d'un contrôle manuel. La vitesse maximale du prototype ne dépassera pas alors les 40 km/h.

Pour réaliser ce prototype, Google n’est toutefois pas parti d’une feuille blanche. Depuis quelques années déjà, il collabore avec les marques japonaises Honda et Toyota pour leur permettre de proposer des voitures 100 % autonomes. Le dernier exemple en date de ce partenariat est la récente présentation d’une Lexus sans conducteur. Le groupe américain assurait alors avoir surmonté certains des obstacles majeurs rencontrés dans la conduite en ville. Un logiciel avait été amélioré afin que les véhicules anticipent même les réactions des autres conducteurs.

Dans les deux ans, Google espère pouvoir lancer un programme pilote en Californie. Il vient donc d’entamer la fabrication d’une centaine de prototype de Google Car. Le futur est en marche…

Et vous, seriez-vous prêt(e) à vous laisser conduire ?