La somnolence touche un conducteur sur 20

En Belgique, un trajet en voiture sur 20 est effectué par un conducteur somnolent. Le phénomène touche plus souvent les jeunes conducteurs qui accomplissent de longs trajets. Tel est le résultat d'une enquête Vias.

La somnolence touche un conducteur sur 20

Les accidents impliquant un conducteur somnolent sont souvent très graves : selon une estimation, la fatigue est responsable d’environ 20% de l’ensemble des accidents graves. Cette part est comparable à celle de l’alcool au volant.

Plus le trajet dure longtemps, plus le pourcentage de conducteurs montrant des signes de fatigue est élevé. Pour les trajets de 60 à 120 km, il y a deux fois plus de conducteurs fatigués (10%) que la moyenne. Pour un trajet de 180 km ou plus, le taux monte à 15%.

Afin de lutter contre la somnolence au volant, les mesures les plus efficaces consistent à faire une pause, changer de conducteur ou s'arrêter pour dormir. Augmenter le volume sonore, manger un bout, rouler plus vite ou téléphoner sont d’autres moyens avancés par les répondants à cette enquête pour lutter contre la somnolence. Mais ils n’aident pas ou n’ont qu’un effet limité dans le temps.