Le temps de quelques minutes, mettez-vous dans la peau d’un grand collectionneur de Ferrari historiques. Vous avez bien réussi dans la vie et vous avez les moyens de vous offrir ce que vous voulez. Tout, sauf la Ferrari 250 Tour de France Berlinetta que vous désirez depuis des années et que vous ne trouvez pas sur le marché. Votre sang ne fait qu’un tour lorsque vous apprenez que la prestigieuse Maison Gooding and Company va en proposer une à sa prochaine vente de Scottsdale. Estimée entre 5.7 et 6.5 millions de dollars, ce somptueux cadeau est tout de même une bonne affaire !

Vendue neuve en 1958 au Venezuela, cette Ferrari était une version compétition-client basée sur le châssis de la 250 GT. Avec sa carrosserie en aluminium dessinée par Scaglietti et son mythique V12 de 3 litres, c’était l’arme absolue pour briller en compétition à l’époque. Elle doit son nom à la participation et aux 4 victoires consécutives de la marque dans cette épreuve sélective, entre 1956 et 1959. Produite à seulement 78 exemplaires, dont 36 dans cette variante, cette 250 TDF a connu tout de même 12 propriétaires, tous identifiés, depuis 1958.

 

Petit palmarès

Dans le marché de niche de la Ferrari de collection, la valeur des voitures est déterminée par leur palmarès. Dans ce cas-ci, cette 250 TDF n’a que peu roulé en course, et que dans des épreuves au Venezuela. Parfaitement restaurée au début des années 90, « matching numbers » et authentifiée par Ferrai Classiche, elle reste toutefois extrêmement intéressante et désirable. Son absence d’historique probant en course fait qu’elle ne crèvera par les plafonds. Sauf si plusieurs collectionneurs se la disputent, rien n’est moins certain !