Produite de 1957 à 1964, la Maserati 3500 GT est un modèle capital dans l’histoire de Maserati puisqu’il a permis au constructeur de passer du stade de l’artisanat à celui de marque semi-industrielle, avec 2.225 exemplaires produits. Réservée à une élite, cette voiture était très rapide pour l’époque (230 km/h) grâce à son 6 cylindres en ligne qui développait de 220 à 240 chevaux selon sa version. À cette époque, Juan Manuel Fangio s’était déjà retiré de la compétition automobile mais il demeurait un homme d’affaire prospère dont l’expertise dans le milieu de l’automobile était appréciée de nombreux constructeurs.

La Maserati 3500 rouillée que vous avez sous les yeux a été construite en 1961 et a servi aux déplacements quotidiens de l’ancien pilote lorsque celui-ci était en Italie. Officieusement, ce dernier aurait servi de pilote d’essai chargé de révéler les faiblesses du modèle. En 1966, la voiture est envoyée à l’usine Maserati et Fangio, en homme très occupé, l’oublie plus ou moins jusqu’en 1979, date à laquelle il écrit une lettre signée de sa main, dans laquelle il demande que deux amis viennent la récupérer pour la restaurer. Deux ans après, la 3500 GT est récupérée mais l’un des compères décède et le second (le propriétaire actuel) la stocke de nouveau en l’état. Proposée à la vente par la Maison d’enchères Finarte, la belle italienne changera de mains le 25 octobre prochain à Padoue, en Italie. Complète, mais à restaurer totalement, cette Maserati sera vendue avec un lot de pièces détachées et de nombreux documents d’époque. Son illustre utilisateur risque de faire s’envoler les enchères : elle est estimée entre 475.000 et 575.000 euros !

Via Classicdriver.com