Baptisée Bédélia, cette étrange création doit son nom aux initiales de ses créateurs Robert Bourdeau et Henri Devaux, deux artisans parisiens qui décident de créer leur propre cyclecar (mélange hybride d’une voiture et d’une moto) au milieu de la première décennie du 20ème siècle.

Dévoilée en 1910 au public, la voiture étonne par la manière dont elle propose d’embarquer ses deux occupants : ceux-ci sont installés l’un derrière l’autre, en tandem. Comble de la bizarrerie : le conducteur se trouve… à l’arrière. Plusieurs moteurs étaient proposés, du petit monocylindre au bicylindre en V. Les premiers modèles étant dépourvus de boite de vitesse : les occupants devaient basculer la courroie de transmission d’une poulie à l’autre pour passer d’un « rapport » à l’autre.

Tout cela évolua au fil des ans, notamment par l’adoption d’une boîte de vitesses et par une disposition plus conventionnelle de l’habitacle. Durant la première moitié des années 1900, quelques 3.000 exemplaires trouvèrent finalement preneur ; les victoires en compétition parvenant à faire oublier aux acheteurs une fiabilité à la réputation médiocre.