Électrique

Embouteillage : mourrons-nous de froid dans une voiture électrique ?

Récemment, un embouteillage monstre s’est produit aux États-Unis en raison de conditions hivernales dantesques. De quoi alimenter les craintes lorsqu’on envisage de passer à la voiture électrique. Est-ce toutefois fondé ?

Écrit par Alain De Jong | 24/01/2022

Récemment, une tempête de neige particulièrement violente a frappé l’état de Virginie aux USA et, sur l’autoroute Interstate 95 qui est un des axes les plus fréquentés de la côte est, des centaines d’automobilistes sont restés coincer plus de 24 heures, car les services civils n’arrivaient pas à dégager les routes. Dans ces conditions, certains conducteurs n’ont eu d’autre choix que de passer une nuit et une journée entière dans leur voiture, et ce par un froid intense puisque les températures étaient largement négatives.

Naturellement, les utilisateurs de voitures thermiques conventionnelles ont simplement laissé tourner leur moteur pour se réchauffer, mais il se dit que ceux qui conduisaient une voiture électrique se sont retrouvés frigorifiés. En fait, cette histoire qui a fait le tour des réseaux sociaux n’est pas du tout vraie. Car plusieurs conducteurs de voitures électriques qui étaient bloqués sur l’Interstate 95 ont démenti ces informations.

Et ce ne sont pas les seuls à avoir témoigné en ce sens : plusieurs groupes Facebook de fans de Tesla sont montés au créneau tandis que les journalistes du site Insideevs ont sorti leurs calculettes afin de fournir une base scientifique à la chose.

Facilement 24 heures de chaleur

Mourrons-nous de froid dans une voiture électrique coincée dans un embouteillage ?

Le site Insideevs a posé une seule question : une voiture peut-elle, lorsque les températures sont glaciales, fournir suffisamment d’énergie de manière à maintenir une température d’habitacle suffisante ? Dans le cas d’une voiture à moteur à combustion interne, les calculs montrent qu’elle pourra rester immobile pendant 30 heures si le réservoir est toutefois plein. Cela dit, il existe néanmoins un risque de surchauffe de la mécanique, mais aussi d’empoisonnement des occupants par les gaz d’échappement.

Les voitures électriques offrent manifestement certains avantages à cet égard. Les derniers facteurs, bien sûr, ne s’appliquent évidemment pas, mais les VE disposent généralement de ce qu’on pourrait appeler un « mode camping » qui coupe toutes les alimentations en électricité pour ne plus assurer que le chauffage de l’habitacle à une température raisonnable. Par exemple, une Tesla Model 3 en « mode camping » ne perdrait que 2% de sa capacité par heure. Cela signifie qu’avec une batterie pleine, vous pourriez théoriquement « survivre » 50 heures.

Pour une VW ID.4, la perte de capacité serait, selon les utilisateurs, de 3 à 4 % par heure, de sorte que le chauffage serait assuré pendant 25 à 30 heures. Et tout cela dans un environnement sain, à condition bien sûr qu’il n’y ait pas trop de voitures à énergie fossile à proximité. Conclusion : une voiture électrique peut également résister aux intempéries hivernales,  mieux qu’une voiture à combustion. Voilà encore de quoi faire taire une rumeur.

Partager l’article

En savoir plus sur

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

D’autres ont également regardé